> Bébé > Alimentation > Allergies et intolérances > Gluten : recommandations
Gluten : recommandations
Intolérance alimentaire
de 2 mois à 12 mois
Mémoriser Je vous recommande l'article "Gluten : faut-il l’éviter ?" sur le site mpedia.fr

Gluten : faut-il l’éviter ?

Le gluten, protéine présente dans certaines céréales, peut entraîner, chez des enfants prédisposés, une intolérance au gluten, encore appelée maladie cœliaque. A quel âge pouvez-vous commencer à donner des aliments contenant du gluten à votre bébé ? En quelle quantité ?

Maladie cœliaque

La maladie cœliaque est une intolérance permanente à certaines fractions du gluten, une protéine présente dans le blé, l’orge, le seigle, l’épeautre et le kamut,  donc dans le pain, les biscuits, les pâtisseries, les pâtes, certaines sauces, mais aussi des médicaments... De nombreuses études indiquent que l’avoine, aux quantités habituellement ingérées, n’est pas « toxique », même au long cours, pour les patients atteints de maladie cœliaque. Il faut toutefois rester vigilant car l’avoine contenue dans les produits du commerce est fréquemment contaminée par du blé.

Il s’agit d’une maladie auto-immune (l’enfant fabrique des anticorps contre certains de ses organes) déclenchée par l’ingestion de gluten. Il ne s’agit pas d’une allergie comme l’allergie au blé, au lait de vache ou à l’œuf, ni d’une insuffisance de production d’enzymes par l’enfant comme l’intolérance au lactose. Les symptômes de l’intolérance au gluten disparaissent avec un régime excluant totalement le gluten : on utilisera d’autres farines à base de riz, maïs, tapioca, sarrasin, pomme de terre, châtaigne, quinoa, soja, etc. qui sont bien tolérées. Pour la mise en place de ce régime les conseils d’une diététicienne sont nécessaires. Ce régime doit être poursuivi pendant toute l’enfance pour permettre une bonne croissance et ne pas limiter le développement psycho moteur, mais aussi pendant toute la vie pour limiter les complications de la maladie (ostéoporose, cancers digestifs, diabète, infertilité, dépression, etc.)

L’intolérance au gluten est assez répandue (en France 1 personne sur 200 environ) et survient chez des personnes qui présentent une prédisposition génétique (groupes tissulaires HLA particuliers). Cette maladie auto-immune peut toucher différents organes : l’intestin, mais aussi le pancréas (diabète associé), la thyroïde, ou encore la peau. Il était admis qu’il serait possible de réduire les risques d’intolérance au gluten de votre enfant, en l’introduisant au bon moment, dans certaines conditions et progressivement dans son alimentation, mais ces notions sont actuellement discutées.

Le gluten : à quel âge ?

Classiquement on disait que chez des enfants à risque de maladie cœliaque, le risque d’être atteint de cette maladie était multiplié par 22 si l’introduction du gluten avait lieu avant l’âge de 3 mois, et par 4 si elle avait lieu après l’âge de 7 mois. On pensait donc qu’il fallait idéalement introduire le gluten entre 4 mois révolus et 7 mois révolus, et que la consommation de lait maternel au moment de l’introduction du gluten jouait un rôle protecteur vis-à-vis de la maladie cœliaque. En fait, des études scientifiques importantes récentes ont montré que : ni l’introduction retardée du gluten, ni l’allaitement ne modifiaient le risque de maladie cœliaque, bien que l’introduction plus tardive du gluten fût associée à un début retardé de la maladie.

Chez tous les enfants, qu’ils soient à risque de maladie cœliaque ou non, Il est préconisé de n’introduire aucun aliment autre que le lait avant 4 mois. Les céréales infantiles 1er âge, sous forme de farines sans gluten (excluant le blé, le seigle, l’orge et l’avoine), que l’on peut ajouter dans un biberon de lait dès l’âge de 4 mois révolus, représentent souvent le premier aliment de la diversification. Les dernières recommandations de l’Espghan sont de débuter le gluten entre 4 et 12 mois, mais on conserve cependant l’habitude de proposer des farines avec gluten à partir du 7e mois, en petites quantités au début, et en augmentant progressivement.

Comment reconnaître une intolérance au gluten ?

Il n’est pas toujours facile de diagnostiquer une intolérance au gluten. Cette maladie se traduit chez l’enfant par un ralentissement de croissance en poids et en taille associé à des troubles digestifs, principalement une diarrhée chronique, des vomissements parfois, ou même une constipation, survenant après l’introduction du gluten. L’enfant manque d’appétit et son caractère change, il est triste et très calme. Parfois la maladie est découverte beaucoup plus tard et la maladie cœliaque peut aussi débuter chez adulte.

 

En cas de doute, consultez votre médecin, qui pourra dépister une éventuelle intolérance au gluten par une simple prise de sang qui permet le dosage de certains anticorps (anticorps anti-transglutaminase), le diagnostic pourra ensuite être confirmé par une endoscopie gastro-intestinale. Il est totalement déconseillé d’entreprendre un régime sans gluten sans preuves formelles du diagnostic.

 

Il ne faut pas confondre l’intolérance au gluten (maladie cœliaque) avec l’allergie au blé, ou l’hypersensibilité au gluten.

Questions de parents :

Vous avez aimé cet article ?

Aidez mpedia à continuer d'exister et à rester indépendant en faisant un don. Nous avons besoin de vous !

Haut de page
Experts
Article publié le 28/09/2012 Mis à jour le 11/01/2018
Sources

Akobeng AK, Ramanan AV, Buchan I, Heller RF. Effect of breast feeding on risk of coeliac disease: a systematic review and meta-analysis of observational studies. Arch Dis Child 2006; 91: 39-43.

Bocquet A. La diversification alimentaire. In : O Goulet, M Vidailhet, D Turck, coordinateurs. Alimentation de l'enfant en situation normale et pathologique. 2ème édition, Doin éditeurs, Paris. 2012 : 175-91.

Norris JM, Barriga K, Hoffenberg EJ et al. Risk of celiac disease autoimmunity and timing of gluten introduction in the diet of infants at increased risk of disease. JAMA 2005; 293: 2343-51.

Schmitz J, Garnier-Lengliné H. Bases et indications du régime sans gluten. In : O Goulet, M Vidailhet, D Turck, coordinateurs. Alimentation de l'enfant en situation normale et pathologique. 2ème édition, Doin éditeurs, Paris. 2012 : 381-95.

Vriezinga S L, Auricchio R, Bravi E, et al. Randomized Feeding Intervention in Infants at High Risk for Celiac Disease. N Engl J Med 2014; 371:1304-1315

Mary Fewtrell, Jiri Bronsky, Cristina Campoy et al.  Complementary Feeding: A Position Paper by the European Society for Paediatric Gastroenterology, Hepatology, and Nutrition (ESPGHAN) Committee on Nutrition. JPGN  Volume 64, Number 1, January 2017 ;119-32.

Mémoriser Je vous recommande l'article "Gluten : faut-il l’éviter ?" sur le site mpedia.fr

Association française des intolérants au gluten, l’Afdiag - afdiag@gmail.com