Partager

Peau contre peau, le début de la relation avec son bébé

Mis à jour le 21 octobre 2015

1
Photo Pauline Bocquet

La pratique du peau contre peau se développe dans un nombre croissant de maternités. Moment privilégié avec votre bébé, cette relation se développe dès la naissance, avec de multiples bénéfices. Les premières heures suivant la naissance sont une période capitale pour votre enfant.

Écouter l'article

0:00 / 0:00

Sommaire de l'article

+

Naissance: peau à peau

Le peau contre peau : définition

Le peau contre peau est un soin à part entière qui favorise le développement du nouveau-né. Votre bébé, essuyé avec un linge puis coiffé d’un bonnet, est déposé délicatement à même votre peau, juste après la naissance. En cas de césarienne, en attendant que la mère se remette, l’enfant peut également être déposé sur la peau de son père.

Ce soin, mis en place et de plus en plus développé dans les services de néonatologie pour établir un contact physique avec les bébés prématurés, est également bénéfique pour les enfants nés à terme, pour plusieurs raisons.

Certaines maternités ne privilégient pas le peau contre peau, n’hésitez donc pas à demander à l’équipe soignante de vous laisser la possibilité de pratiquer ce soin avec votre enfant.

Que permet le peau contre peau ?

  • Le renforcement du lien mère / enfant

Le contact précoce entre la mère et le bébé facilite la transition entre la vie intra- et extra-utérine. A la naissance, vous vous trouvez dans un état de « préoccupation maternelle primaire » selon les médecins, c’est-à-dire une hypersensibilité qui vous permet d’être entièrement disponible pour répondre à votre bébé. Le peau contre peau dès la naissance permet de renforcer ce lien d’attachement entre vous et votre enfant. Le père peut également tout à fait passer du temps en peau contre peau avec son bébé, c’est important pour lui et votre bébé.

  • Le bien-être du nouveau-né

On constate chez le nouveau né en peau contre peau une nette diminution des pleurs par rapport aux enfants placés en berceau à côté de leur mère. Les médecins ont également constaté que la durée des pleurs se raccourcit lorsqu’on pratique le peau contre peau.

  • Une meilleure adaptation

Le peau contre peau apporte des bénéfices cliniques et comportementaux en développant le contact et l’éveil des sens de votre enfant. Les parents et soignants qui pratiquent ce soin notent une meilleure organisation motrice des nouveau-nés. Leur métabolisme s’adapte également plus rapidement à ce début d’existence en dehors du ventre de leur mère. Ce contact permettra également un meilleur endormissement de votre bébé.

  • Une meilleure régulation thermique

Le contact peau contre peau avec le père ou la mère permet de maintenir efficacement la température de l’enfant. Le peau contre peau sur la maman permet de réchauffer, plus rapidement qu’une couveuse, un nouveau-né qui a froid; mais il peut aussi refroidir un bébé qui a de la fièvre

  • Une facilité pour l’allaitement

Le peau contre peau constitue également une opportunité pour une première tétée. Votre bébé posé sur votre ventre, nu contre votre peau, rampe jusqu’à votre sein, dont l’aréole sécrète une odeur ressemblant à celle du liquide amniotique. Attiré par l’odeur, il commence à téter quand il le désire et contribue, ainsi, à démarrer la lactation.

Pour aller plus loin

Comment faire dans le cas de bébé prématurés, l’association Sparadrap vous informe :

Et en pratique ?

 

Le peau contre peau est pratiqué en toute sécurité pour votre bébé, en tournant sa tête sur le côté pour qu’il ne soit pas gêné pour respirer. C’est un moment précieux pour la relation parent / enfant, il développe l’attachement et va vous offrir un sentiment de plénitude à l’égard de votre enfant.

Le peau contre peau est souvent recommandé par l’équipe médicale qui constate le bien-être des bébés. Le peau contre peau permet de respecter le rythme du nouveau-né, dès sa naissance. Les seuls impératifs sont la stabilité de l’état de l’enfant et la disponibilité du soignant.

En cas d’accouchement difficile pour le bébé, il y a lieu de rester vigilant : dans ce cas, pour que vous puissiez faire le peau contre peau sans risque, la sage-femme pourra mettre une pastille sur la main ou le pied de votre bébé pour surveiller son oxygénation.

Cet article vous a-t-il été utile ?

Cet article n'a pas encore suffisamment de votes, soyez le premier à le noter

Le regard du naissant, Dr Marc Pilliot, pédiatre (Les Cahiers de maternologie, 2005)

Accueil du nouveau-né en salle de naissance, Dr Gisèle Gremmo Ferger (Les Dossiers de l’allaitement, n°51)

American academy of pediatrics. Caring for your baby and young child: birth to age 5, Bantam Books. 2004. 752 pages

Le grand Livre de la grossesse – Collège national des gynécologues et obstétriciens français – direction J.Lansac – Editions Eyrolles 2012/2013

Note :
Les liens hypertextes menant vers d’autres sites ne sont pas mis à jour de façon continue. Il est donc possible qu’un lien devienne introuvable. Dans un tel cas, utilisez les outils de recherche pour retrouver l’information désirée.

Vous ne trouvez pas de réponse à votre question ?

Vous pouvez consulter les réponses déjà apportées par nos médecins à ce sujet en tapant votre question ou mots clés dans le moteur de recherche ci-dessous

Toujours pas de réponse ? Posez votre question à l'un de nos experts qui vous répondra rapidement.

Je pose ma question

Le service de questions-réponses est fermé durant tout l'été, nos experts prenant des vacances bien méritées ! Il ré-ouvrira début septembre. D'ici là, vous pouvez trouver des éléments de réponses au sein de nos articles ou parmi les questions déjà posées par d'autres parents de la communauté mpedia. Nous vous souhaitons un très bel été !