Partager

Les échographies obligatoires de la femme enceinte

Mis à jour le 30 juin 2015

Écrit par l'équipe de rédaction

1

Les échographies (surtout celles en 3D) sont souvent vues par les parents comme une rencontre avec leur bébé. Il ne faut cependant pas oublier qu’il s’agit avant tout d’un examen médical, destiné à vérifier l’état de santé de l’enfant.

Écouter l'article

0:00 / 0:00

Sommaire de l'article

L’échographie de fin de 1er trimestre

L’échographie du 1er trimestre est très attendue. Elle dévoile la présence, dans l’intérieur du corps de la femme, d’un cœur qui bat et d’un petit être « déjà complet » et foncièrement humain. Elle fournit une preuve « sans appel » de la réalité de la grossesse.

Si elle dissipe certains doutes, elle en suscite d’autres et il ne faut pas oublier que cette première échographie est avant tout un examen médical important dans le suivi de la grossesse.

Cette échographie n’est pas obligatoire mais conseillée aux 12 SA comme aux 22 SA et 32 SA. L’examen est pratiqué par voie abdominale ou vaginale, qui s’avère parfois nécessaire pour obtenir une exploration de qualité.

Le dépistage des anomalies chromosomiques

La trisomie 21 (ou mongolisme) est la plus redoutée des anomalies. Elle est liée à la présence, dans les noyaux de toutes les cellules de l’organisme, d’un chromosome 21 en plus de la paire de chromosomes 21 normaux. Ce n’est pas la seule anomalie du nombre des chromosomes : rares, les trisomies 13 (1 naissance sur 25 000) et 18 (1 naissance sur 10 600) ne permettent pas d’envisager une grossesse normale ni la survie de l’enfant.

En France, le dépistage prénatal de ces anomalies est obligatoirement proposé, mais jamais imposé.

La découverte d’une anomalie lors d’un examen échographique

Les anomalies découvertes lors de la première échographie (12 SA) peuvent être très graves, ne permettant pas d’espérer la survie de l’enfant (anomalie de la formation de la tête, absence de reins ou de l’urètre avec distension de la vessie). Si l’on détecte une anomalie de ce type, une interruption volontaire de grossesse pour motif médical peut être proposée. C’est aux parents d’accepter ou de refuser.

D’autres anomalies moins graves peuvent être traitées à la naissance avec de très bons résultats. C’est le cas notamment des défauts de formation de la paroi abdominale (laporoschisis, omphalocèles).

La découverte d’une anomalie quelle qu’elle soit, nécessite que les parents reçoivent une information objective des chirurgiens-pédiatres et qu’une prise en charge particulière soit mise en place à la naissance. La naissance devra se dérouler dans un hôpital où l’enfant sera pris en charge immédiatement.

Cet article vous a-t-il été utile ?

Cet article n'a pas encore suffisamment de votes, soyez le premier à le noter

Le grand Livre de la grossesse édité par les Editions Eyrolles écrit par le Collège national des gynécologues et obstétriciens français sous la direction du Professeur Jacques Lansac, édition 2012/2013.

Note :
Les liens hypertextes menant vers d’autres sites ne sont pas mis à jour de façon continue. Il est donc possible qu’un lien devienne introuvable. Dans un tel cas, utilisez les outils de recherche pour retrouver l’information désirée.

Aucune question n’a été posée sur ce thème précis, vous pouvez poser la vôtre à nos experts.

 

 

Vous ne trouvez pas de réponse à votre question ?

Vous pouvez consulter les réponses déjà apportées par nos médecins à ce sujet en tapant votre question ou mots clés dans le moteur de recherche ci-dessous

Toujours pas de réponse ? Posez votre question à l'un de nos experts qui vous répondra rapidement.

Je pose ma question

Le service de questions-réponses est fermé durant tout l'été, nos experts prenant des vacances bien méritées ! Il ré-ouvrira début septembre. D'ici là, vous pouvez trouver des éléments de réponses au sein de nos articles ou parmi les questions déjà posées par d'autres parents de la communauté mpedia. Nous vous souhaitons un très bel été !