Partager

Refuse de dormir au coucher et réveils nocturnes à 2 ans, que faire ?

Dernière question posée le 18/04/2016

Bonjour,

Depuis 1 mois, notre fille de 2 ans refuse de dormir lorsqu’on la couche et hurle pendant des heures si on la laisse faire. La nuit, elle se réveille 2 à 3 fois et reproduit le même scénario. Doit-on la laisser hurler ou aller la voir régulièrement, comme on le fait ?

La réponse de notre expert

SALINIER Catherine, Dr, Pédiatre
 Dr Catherine SALINIER

Bonjour,

Ce trouble du sommeil est très fréquent à 2 ans.

Autonomie et anxiété

Il s’agit d’une nouvelle étape vers plus d’autonomie par le langage, la propreté, etc. ; celle-ci s’accompagne d’une petite anxiété de séparation car il faut grandir. Quoi de plus angoissant que de se séparer de sa maman pour la nuit ?

• Si votre fille est encore dans un lit à barreaux, elle se sent enfermée. L’installer dans un grand lit d’enfant peut régler le problème.

• Il convient aussi de la laisser s’endormir seule au coucher : si vous restez près d’elle, elle demandera le même traitement pour ses réveils nocturnes.

Pour que les choses ne perdurent pas, il vous faut être sereine. La coucher le soir en lui disant « à demain matin, il est hors de question que tu nous obliges à revenir ».

Rassurer

Vous la rassurez sur le fait que vous n’êtes pas loin mais qu’elle doit dormir seule.

Puis, quand elle se réveille, attendez pour aller la voir. Ne vous précipitez pas, ne la levez pas, n’organisez rien autour de ce réveil.

Dites-lui gentiment que c’est la nuit, que tout le monde dort. Apaisez-la et repartez avant qu’elle se rendorme comme au coucher.

Si elle insiste, allez la voir une seconde fois en lui montrant votre mécontentement et en lui expliquant que vous ne viendrez plus.

Puis, la troisième fois, n’y allez plus. Il y aura peut-être 2 ou 3 nuits difficiles et tout rentrera dans l’ordre.

Ces séquences sont à répéter à chaque réveil : complaisance, gentillesse, fermeté, sévérité. Et cela doit être en accord avec votre attitude le jour (vous ne devez pas céder à toutes ses exigences).

Questionnez-vous sur ce qu’il s’est passé il y a un mois. Y a-t-il eu un événement particulier ?
C’est souvent toute l’histoire d’un enfant et de ses parents entre eux qui ressort sous forme de troubles du sommeil et qu’il vaut mieux essayer de comprendre avant toute chose.