Doit-on mettre notre fille de 2,5 ans à l'école toute la journée ou seulement les matinées et la faire garder par sa nounou ?

Bonjour,

Nous avons vécu avec notre petite fille de 2,5ans de grands changements ces derniers temps (changement de pays, d’environnement, de nounou, éloignement de la famille..), son adaptation était difficile le premier mois mais ça commence à aller mieux et elle semble contente chez sa nouvelle nounou. Sa première rentrée scolaire est prévue en septembre et nous hésitons entre: la mettre seulement les matinées à l’école et sa nounou actuelle la récupère et la garde les après-midi. Ou, la mettre 4 jours par semaine à l'école, et c’est une autre nounou (que notre fille ne connaît pas), qui la garde à partir de 16h ainsi que les mercredis. Que nous conseilleriez-vous pour le bien être de la petite ? 

14/03/2019

Bonjour,

Sans hésiter je vous conseille de ne la mettre que le matin et que sa nounou la garde l’après-midi. En effet, d’un point de vue pédiatrique strict, un enfant de 3 ans n’a rien à faire à l’école maternelle toute la journée, surtout qu’il dort une partie de l’après-midi. Sauf que c’est comme ça pour la plupart des enfants pour des raisons sociales (travail des deux parents et gratuité de l’école) et que la plupart des enfants s’en accommodent bien sûr et heureusement. Mais pour certains au prix d’un effort pour vaincre certaines angoisses de séparation. 

Après il faut adapter. Certains enfants particulièrement sociables et éveillés s’adaptent d’autant mieux à l’école qu’ils ont une nounou qui les éveillent peu et qu’ils s’ennuient chez elle. Je ne sais pas comment est votre enfant, je ne sais pas si cette nounou (actuelle) lui fait faire beaucoup de choses d’éveil. Je ne sais pas comment serait l’autre nouvelle nounou qui le garderait le soir et le mercredi. Tout cela entre en ligne de compte. Mais ma préférence va à l’école à mi-temps la première année. Tout au moins jusqu’à Noel, voire toute l’année en fonction de comment l’enfant s’y adapte et du contexte. 

 

Auteurs :
SALINIER Catherine, Dr, Pédiatre
Article publié le 14/03/2019 Mis à jour le 14/03/2019