> Mon pédiatre & Moi > Questions/Réponses > Diversification > 4 mois commencer la diversification

4 mois commencer la diversification

Mon bébé a fait ses nuits très tôt (vers 1,5 mois). Aujourd'hui, à 4,5 mois, il les fait une fois sur 2 environ. Il prend 4 biberons de 210 ml (parfois un peu plus quand il a très faim). J'ai totalement arrêté de l'allaiter la semaine dernière. Il ne voulait plus de lait maternel de toutes façons. Nous avons commencé à ajouter des céréales sans gluten le soir. Mais il semble avoir faim quand il se réveille. Dernièrement, il a pris un biberon de 210 ml à 4h du matin, cette nuit 180 ml à 5h. Mais il est aussi capable de tenir une nuit complète. Le problème, quand il fait ça, c'est qu'il ne veut rien prendre à l'heure du petit-déjeuner. Comment être sûre qu'il a réellement faim la nuit ? Faut-il augmenter les doses dans la journée ? Commencer la diversification ? Donner des céréales le matin également ? Nous avons essayé d'aller le voir sans le prendre, puis en le berçant un peu puis, puis finalement, nous lui donnons un biberon. 

de 3 mois à 6 mois
Je vous recommande l'article "4 mois commencer la diversification" sur le site mpedia.fr
ARCHIVE

Comme vous venez de sevrer votre bébé cela peut expliquer qu’il soit un peu perturbé.

Vous n’indiquez pas le poids et la taille de votre bébé : ceci aurait été utile pour adapter ses rations à votre question : « Faut-il augmenter les doses dans la journée ? ».

Pensez à proposer de l’eau entre les biberons de lait.

Certains bébés pleurent en fin de biberon, mais il n’est pas nécessaire d’en rajouter car ils se calment très vite.

Vous n’indiquez pas la marque du lait que vous avez choisi : certains laits permettent une meilleure satiété et un espacement des biberons sans augmenter l’apport calorique avec :

  • plus de caséine* (le pourcentage de caséine va de 30% à 90% de la fraction protéique). 
  • moins de lactose* (le pourcentage de lactose va de 0% à 100% de la fraction glucidique) et plus de dextrine – maltose. 
  • éventuellement un ajout d’amidon. 

Ce peut être un lait que l’on appelait auparavant « laits satiété » : Novalac S, Picot bébé gourmand, Lémiel,

ou un lait à formule épaissie : Babybio Lunéa, Blédilait premium, Galliagest premium, Guigoz FE, Milumel Premium, Modilac Oéba, Nidal FE, Novalac AR, Pelargon, Physiolac Equilibre épaissi, Picogest, 

 

*  Lecture de l’étiquette de la boîte de lait

  1. Dans le paragraphe Protéines, vous trouvez :
  • la dose totale de protéines indiquée en g / 100ml  [taux moyen des laits 1° âge : 1,40 g/100 ml (de 1.20 à 1.70 mg/100 ml), taux moyen des laits 2° âge: 1,53 g/100 ml (de 1.20 à 2.01 mg/100 ml), taux moyen des laits de croissance: 1,78 g/100 ml (de 1.26 à 2.70 mg/100 ml)]
  • la dose de caséine en g / 100ml
  • parfois la dose de protéines solubles en g / 100ml

Pour évaluer la quantité de caséine, on parle :

  • soit de pourcentage de caséine ; celui-ci est obtenu en divisant la quantité de caséine par la quantité de protéines, et en multipliant le résultat obtenu par 100. (Ce pourcentage va de 30% à 90%). 
  • soit de rapport C/PS (Caséine / Protéines solubles) : C = le pourcentage de caséine obtenu ci dessus, et PS = 100 – C.

 

  1. Dans le paragraphe Glucides, vous trouvez :
  • la dose totale de glucides indiquée en g / 100ml
  • la dose de lactose en g / 100ml
  • parfois la dose de dextrine-maltose en g / 100ml
  • parfois la dose d’amidon en g / 100ml (si le lait en contient)
  • parfois la dose de fibres alimentaires en g / 100ml (si le lait en contient)
  • la présence éventuelle de prébiotiques

Pour obtenir le pourcentage de lactose vous divisez la quantité de lactose par la quantité de glucides et vous multipliez le résultat par 100. Celui-ci va de 0% à 100%.

 

Il est recommandé de commencer la diversification, c’est à dire introduire des aliments autre que le lait, entre 4 et 6 mois : jamais avant 4 mois révolus, mais pas au delà de 6 mois révolus. Il est conseillé de commencer par les céréales, les légumes, puis d’introduire les fruits  (si l’on commence les fruits en même temps que les légumes, l’enfant risque de préférer le goût sucré et de refuser les légumes). 

Quatre repas avec des biberons de 210 ml d’eau faiblement minéralisée + 7 mesures arasées de lait 1er âge, puis 2e âge au moment où l’on introduit le premier repas sans lait. Cette ration peut être diminuée ou augmentée de 30 ml d’eau et 1 mesure, mais il ne faut jamais forcer votre bébé à terminer son biberon. Il faut respecter son appétit qui peut varier d’un jour à l’autre, ou selon les heures de la journée. Ces rations seront diminuées lors de l’introduction des légumes et des fruits.

Les jus de fruits ne sont pas indispensables.

 

1/ Les farines ou céréales (1 à 2 cuillères à café) seront ajoutées dans le biberon du soir et/ou du matin. Il est habituel de commencer par des farines 1er âge sans gluten, puis d’introduire progressivement le gluten à partir du 7e mois.

 

2/ Les légumes seront débutés progressivement, habituellement au repas de midi, directement à la cuillère, en complément du biberon de lait qui sera progressivement diminué jusqu‘à 150 ml (5 mesures). Vous avez le choix entre une purée de légumes "maison", ou un “ petit pot ” de légumes de 130 grammes, environ. Pour commencer les légumes, certains bébés préfèrent qu’ils soient mélangés avec le lait dans le biberon (augmenter progressivement la quantité de légumes pour aboutir à un biberon de soupe de 210 ml avec 5 mesures de lait).

  • Les légumes doivent être cuits sans sel et de préférence à la vapeur ; ne pas rajouter de sel ensuite, sauf en cas de refus de légumes très fades (en très faible quantité).
  • Il est préférable de proposer un seul légume par jour (en plus de la pomme de terre qui sert de liant pour les légumes les plus fluides comme les courgettes ou les tomates) afin que votre enfant apprenne le goût particulier de chaque légume. Si vous optez pour les "petits pots", préférez les "mono-saveurs".
  • Il est conseillé de changer de légume chaque jour, pour que votre enfant  accepte ensuite plus facilement les aliments nouveaux. 
  • S’il refuse un légume il faut lui proposer de nouveau un autre jour, sans le forcer ; il ne faut pas se décourager après plusieurs refus mais savoir persévérer, au moins 8 à 10 fois, jusqu’à ce que le légume initialement refusé soit finalement accepté puis apprécié.

Parmi les légumes, il est possible d’utiliser : betteraves rouges, blanc de poireaux, brocolis, carottes, courgettes (épépinées et sans peau), épinards, haricots verts, patate douce, panais, potirons ou potimarrons, tomates. Les bettes (vert et blanc) et les endives peuvent être utilisées en quantité limitée, sous forme de légumes jeunes pour limiter l’apport de fibres. Les petits pois peuvent être utilisés seulement s’ils sont extra-fins. La quantité de carottes sera limitée en cas de constipation. On limitera, au début, les légumes “ à goût fort ”, ou trop riches en fibres : artichauts, aubergines, cardons, céleris, choux, fenouil, navets, oignons, poivrons, raves, salsifis, vert de poireaux, etc.

La qualité des légumes surgelés est au moins égale sinon supérieure à celle des “ produits frais ” de la grande distribution. Les légumes du potager familial sont une excellente solution, à condition que leur culture soit réalisée en limitant l’usage des pesticides et des engrais, et que leur durée de conservation soit courte.

 

3/ Il sera possible de commencer les compotes de fruits, 10 à 15 jours après le début des légumes en complément du biberon de l’après-midi, qui sera progressivement diminué à 150 ml environ. Vous pourrez utiliser des compotes “maison” en utilisant des fruits bien mûrs, cuits et mixés, sans sucre ajouté si possible ou des “petits pots” de fruits (100g environ).

  • Il est préférable de proposer un seul fruit par jour afin que votre enfant apprenne le goût particulier de chaque fruit. Si vous optez pour les "petits pots", préférez les "mono-saveurs".
  • Il est conseillé de changer de fruit chaque jour, pour que votre enfant accepte ensuite plus facilement les aliments nouveaux.
  • Tous les fruits peuvent être proposés, y compris le kiwi, les fruits rouges et les fruits exotiques.
  • Si votre bébé refuse un fruit il faut lui proposer de nouveau un autre jour, sans le forcer ; il ne faut pas se décourager après plusieurs refus mais savoir persévérer, au moins 8 à 10 fois, jusqu’à ce que le fruit initialement refusé soit finalement accepté et apprécié.

 

4/ Dix à quinze jours après le début des fruits vous pourrez commencer un repas complet à la cuillère à midi, avec de la viande, du poisson, et même de l’œuf. 

Cette réponse vous a été utile ?

Aidez mpedia à continuer d'exister et à rester gratuit en faisant un don. Nous avons besoin de vous !

Auteurs
Article publié le 02/10/2017 Mis à jour le 15/01/2018