> Mon pédiatre & Moi > Questions/Réponses > Diversification > Quand commencer la diversification ?

Quand commencer la diversification ?

Santé Canada (institution gouvernementale canadienne) recommande depuis 2013 de commencer la diversification par les aliments riches en fer (céréales enrichies et/ou viandes, volaille, légumineuses etc.) contrairement à ce que mpedia préconise. Par ailleurs, il est recommandé de commencer la diversification dès lors que le bébé peut se tenir assis et soutenir sa tête sans aide (http://naitreetgrandir.com/fr/etape/0_12_mois/alimentation/fiche.aspx?doc=naitre-grandir-bebe-introduction-aliment-solide-complementaire#_Toc459277916), or mpedia préconise de débuter la diversification entre 4 et 6 mois. Quand commencer concrètement et comment au vu des dernières avancées scientifiques ? 

6 mois
Je vous recommande l'article "Quand commencer la diversification ?" sur le site mpedia.fr
ARCHIVE

Actuellement les comités de nutrition de France (2015) ref 1 et d’Europe (2017) ref 2 recommandent de diversifier entre 4 et 6 mois (jamais avant 4 mois et si possible pas après 6 mois).

Effectivement dans les conditions normales le bébé n’a pas vraiment besoin de supplémentation en fer pendant les 4 à 6 premiers mois grâce au stock de fer transmis par sa mère en fin de grossesse. En revanche, l’alimentation diversifiée doit être riche en fer. Dans notre pays les laits 2e âge sont enrichis en fer (entre 20 et 30 fois plus que le lait de vache) : ils constituent le principal apport de fer. Ensuite la viande (surtout la viande rouge) et le poisson apportent du fer en bonne quantité et sous une forme bien absorbée au niveau digestif. Certains légumes sont riches en fer mais il s’agit de fer très mal absorbé. Il est actuellement admis qu’une diversification trop tardive augmente le risque d’allergie alimentaire.

La notion de  « peut se tenir assis et soutenir sa tête sans aide » n’est pas retenue en France et en Europe car on constate que l’âge d’acquisition de ces compétences est très variable d’un enfant à l’autre, et parfois tardif.

 

 

Proposition d’alimentation au moment de la diversification (enfant allaité)

Il est recommandé de commencer la diversification, c’est à dire introduire un aliment autre que le lait, entre 4 et 6 mois : jamais avant 4 mois révolus, mais pas au delà de 6 mois révolus. L’OMS conseille de poursuivre l’allaitement exclusif jusqu’à 6 mois. L’habitude actuelle est de débuter la diversification autour de 5 mois révolus. Il est conseillé de commencer par les légumes, puis d’introduire les fruits (si l’on commence les fruits en même temps que les légumes, l’enfant risque de préférer le goût sucré et de refuser les légumes). Pendant cette période de diversification, vous continuerez à allaiter votre bébé à la demande.

Les jus de fruits ne sont pas indispensables.

 

Passage de l’allaitement "à la demande" à l’allaitement "à l’amiable"…

 

1/ Les légumes seront débutés progressivement, habituellement au repas de midi, directement à la cuillère en complément de la tétée. Vous avez le choix entre une purée de légumes "maison", ou un “ petit pot ” de légumes de 130 g, environ.

-      Les légumes doivent être cuits sans sel et de préférence à la vapeur ; ne pas rajouter de sel ensuite, sauf en cas de refus de légumes très fades (en très faible quantité).

-      Il est préférable de proposer un seul légume par jour (en plus de la pomme de terre qui sert de liant pour les légumes les plus fluides comme les courgettes ou les tomates) afin que votre enfant apprenne le goût particulier de chaque légume.

-      Si vous optez pour les "petits pots", préférez les "mono-saveurs".

-      Il est conseillé de changer de légume chaque jour, pour que votre enfant accepte ensuite plus facilement les aliments nouveaux.

-      S’il refuse un légume il faut lui proposer de nouveau un autre jour, sans le forcer ; il ne faut pas se décourager après plusieurs refus mais savoir persévérer, au moins 8 à 10 fois, jusqu’à ce que le légume initialement refusé soit finalement accepté puis apprécié.

Parmi les légumes, il est possible d’utiliser : betteraves rouges, blanc de poireaux, brocolis, carottes, courgettes (épépinées et sans peau), épinards, haricots verts, patate douce, panais, potirons ou potimarrons, tomates. Les bettes (vert et blanc) et les endives peuvent être utilisées en quantité limitée, sous forme de légumes jeunes pour limiter l’apport de fibres. Les petits pois peuvent être utilisés seulement s’ils sont extra-fins. La quantité de carottes sera limitée en cas de constipation. On limitera, au début, les légumes “ à goût fort ”, ou trop riches en fibres : artichauts, aubergines, cardons, céleris, choux, fenouil, navets, oignons, poivrons, raves, salsifis, vert de poireaux, etc.

La qualité des légumes surgelés est au moins égale sinon supérieure à celle des “ produits frais ” de la grande distribution. Les légumes du potager familial sont une excellente solution, à condition que leur culture soit réalisée en limitant l’usage des pesticides et des engrais, et que leur durée de conservation soit courte.

 

2/ Il sera possible de commencer les compotes de fruits, 10 à 15 jours après le début des légumes, en complément de la tétée de l’après-midi. Vous pourrez utiliser des compotes “maison” en utilisant des fruits bien mûrs, cuits et mixés, sans sucre ajouté si possible ou des “petits pots” de fruits (100g environ).

-      Il est préférable de proposer un seul fruit par jour afin que votre enfant apprenne le goût particulier de chaque fruit. Si vous optez pour les "petits pots", préférez les "mono-saveurs".

-      Il est conseillé de changer de fruit chaque jour, pour que votre enfant accepte ensuite plus facilement les aliments nouveaux.

-      Tous les fruits peuvent être proposés, y compris le kiwi, les fruits rouges et les fruits exotiques.

-      Si votre bébé refuse un fruit il faut lui proposer de nouveau un autre jour, sans le forcer ; il ne faut pas se décourager après plusieurs refus mais savoir persévérer, au moins 8 à 10 fois, jusqu’à ce que le fruit initialement refusé soit finalement accepté et apprécié.

 

3/ Dix à quinze jours après le début des fruits vous pourrez commencer un repas complet à la cuillère à midi, avec de la viande, du poisson, et même de l’œuf.

 

 

Proposition d’alimentation pour la diversification (enfant nourris au biberon)

Quatre repas avec des biberons de 210 ml d’eau faiblement minéralisée + 7 mesures arasées de lait 1er âge, puis 2e âge au moment où l’on introduit le premier repas sans lait. Cette ration peut être diminuée ou augmentée de 30 ml d’eau et 1 mesure, mais il ne faut jamais forcer votre bébé à terminer son biberon. Il faut respecter son appétit qui peut varier d’un jour à l’autre, ou selon les heures de la journée. Ces rations seront diminuées lors de l’introduction des légumes et des fruits.

Il est recommandé de commencer la diversification, c’est à dire introduire des aliments autre que le lait, entre 4 et 6 mois : jamais avant 4 mois révolus, mais pas au delà de 6 mois révolus. Il est conseillé de commencer par les céréales, les légumes, puis d’introduire les fruits  (si l’on commence les fruits en même temps que les légumes, l’enfant risque de préférer le goût sucré et de refuser les légumes).

Les jus de fruits ne sont pas indispensables.

 

1/ Les farines ou céréales (1 à 2 cuillères à café) seront ajoutées dans le biberon du soir et/ou du matin. Il est habituel de commencer par des farines 1er âge sans gluten, puis d’introduire progressivement le gluten à partir du 7e mois.

 

2/ Les légumes seront débutés progressivement, habituellement au repas de midi, directement à la cuillère, en complément du biberon de lait qui sera progressivement diminué jusqu‘à 150 ml (5 mesures). Vous avez le choix entre une purée de légumes "maison", ou un “ petit pot ” de légumes de 130 grammes, environ. Pour commencer les légumes, certains bébés préfèrent qu’ils soient mélangés avec le lait dans le biberon (augmenter progressivement la quantité de légumes pour aboutir à un biberon de soupe de 210 ml avec 5 mesures de lait).

-      Les légumes doivent être cuits sans sel et de préférence à la vapeur ; ne pas rajouter de sel ensuite, sauf en cas de refus de légumes très fades (en très faible quantité).

-      Il est préférable de proposer un seul légume par jour (en plus de la pomme de terre qui sert de liant pour les légumes les plus fluides comme les courgettes ou les tomates) afin que votre enfant apprenne le goût particulier de chaque légume. Si vous optez pour les "petits pots", préférez les "mono-saveurs".

-      Il est conseillé de changer de légume chaque jour, pour que votre enfant  accepte ensuite plus facilement les aliments nouveaux.

-      S’il refuse un légume il faut lui proposer de nouveau un autre jour, sans le forcer ; il ne faut pas se décourager après plusieurs refus mais savoir persévérer, au moins 8 à 10 fois, jusqu’à ce que le légume initialement refusé soit finalement accepté puis apprécié.

Parmi les légumes, il est possible d’utiliser : betteraves rouges, blanc de poireaux, brocolis, carottes, courgettes (épépinées et sans peau), épinards, haricots verts, patate douce, panais, potirons ou potimarrons, tomates. Les bettes (vert et blanc) et les endives peuvent être utilisées en quantité limitée, sous forme de légumes jeunes pour limiter l’apport de fibres. Les petits pois peuvent être utilisés seulement s’ils sont extra-fins. La quantité de carottes sera limitée en cas de constipation. On limitera, au début, les légumes “ à goût fort ”, ou trop riches en fibres : artichauts, aubergines, cardons, céleris, choux, fenouil, navets, oignons, poivrons, raves, salsifis, vert de poireaux, etc.

La qualité des légumes surgelés est au moins égale sinon supérieure à celle des “ produits frais ” de la grande distribution. Les légumes du potager familial sont une excellente solution, à condition que leur culture soit réalisée en limitant l’usage des pesticides et des engrais, et que leur durée de conservation soit courte.

 

3/ Il sera possible de commencer les compotes de fruits, 10 à 15 jours après le début des légumes en complément du biberon de l’après-midi, qui sera progressivement diminué à 150 ml environ. Vous pourrez utiliser des compotes “maison” en utilisant des fruits bien mûrs, cuits et mixés, sans sucre ajouté si possible ou des “petits pots” de fruits (100g environ).

-      Il est préférable de proposer un seul fruit par jour afin que votre enfant apprenne le goût particulier de chaque fruit. Si vous optez pour les "petits pots", préférez les "mono-saveurs".

-      Il est conseillé de changer de fruit chaque jour, pour que votre enfant accepte ensuite plus facilement les aliments nouveaux.

-      Tous les fruits peuvent être proposés, y compris le kiwi, les fruits rouges et les fruits exotiques.

-      Si votre bébé refuse un fruit il faut lui proposer de nouveau un autre jour, sans le forcer ; il ne faut pas se décourager après plusieurs refus mais savoir persévérer, au moins 8 à 10 fois, jusqu’à ce que le fruit initialement refusé soit finalement accepté et apprécié.

 

4/ Dix à quinze jours après le début des fruits vous pourrez commencer un repas complet à la cuillère à midi, avec de la viande, du poisson, et même de l’œuf.

Cette réponse vous a été utile ?

Aidez mpedia à continuer d'exister et à rester gratuit en faisant un don. Nous avons besoin de vous !

Auteurs
Article publié le 18/09/2017 Mis à jour le 22/09/2017
Sources

1 - Diversification alimentaire : évolution des concepts et des recommandations.

Turck D 1 , Dupont C 2 , Vidailhet M 3 , Bocquet A 4 , Briend A 5 , Chouraqui JP 6 , Darmaun D 7 , Feillet F 3 , Frelut ML 8 , Girardet JP 9 , Hankard R 10 , Goulet O 2 , Rieu D 11 , Rozé JC 7 , Simeoni U 12 ; Comité de nutrition de la Société française de pédiatrie .

Arch Pediatr. 2015 mai; 22 (5): 457-60.

 

2 - Fewtrell M, Bronsky J , Campoy C, Domellöf M, Embleton N, Fidler Mis N, Hojsak I, Hulst JM, Indrio F, Lapillonne A, Molgaard C.

Complementary Feeding: A Position Paper by the European Society for Paediatric Gastroenterology, Hepatology, and Nutrition (ESPGHAN) Committee on Nutrition.J Pediatr Gastroenterol Nutr. 2017 Jan; 64 (1): 119-132.