> Mon pédiatre & Moi > Questions/Réponses > Troubles alimentaires > Mon fils de 1 an refuse ses purées

Mon fils de 1 an refuse ses purées

Je me permets de vous contacter car je suis inquiète pour mon fils de 12 mois. Les repas sont devenus très compliqués depuis près d’un mois et demi. Il refuse quasiment tous les jours son plat de purée le midi (légumes féculents viande ou poissons) et par contre mange des yaourts aromatisés et des compotes. Il mange aussi volontiers les boudoirs, gressins ou autres petits gâteaux. Sa journée type :

  • Matin : bibi 270 ml avec 2 cuillères de céréales cacao
  • Midi : purée de légumes avec féculent et protéine (qu'il refuse de manger) 1 yaourt aromatisé à la vanille (car les yaourts natures ne passent plus du tout) et une compote
  • Goûter : un yaourt aromatisé une compote et un boudoir
  • Soir : une purée de légumes avec féculent (il la mange plus ou moins volontiers) et 180 ml de bibi avec une cuillère de céréales au miel.

Il ne finit pas systématiquement tout. Les repas à la cuillère doivent être accompagnés de jeu. Il faut qu'il soit occupé pour manger. Il doit toujours avoir quelques choses à nous dans les mains, une boîte, un livre ou autres. Et dans ce cas là il mange. Il doit systématiquement avoir l’esprit occupé pour manger. Je précise aussi qu'il pèse environ 8kg500 il n’est pas maigre mais il est loin d’être gros et ça m’inquiète également surtout quand je vois que ces repas sont si compliqués.

12 mois
Je vous recommande l'article "Mon fils de 1 an refuse ses purées" sur le site mpedia.fr
ARCHIVE

Il peut survenir des périodes de baisse d’appétit passagères.

La période de la néophobie survient généralement vers 2 ans. C’est une période difficile au niveau de l’alimentation.

A 1 an votre enfant devrait déjà manger une bonne partie de ses légumes et de ses fruits en morceaux. L’acceptation d’aliments en morceaux dépend du développement des compétences de mastication-déglutition et de l’éruption des dents. Elle est facilitée par la précocité d’introduction d’aliments à texture moins lisse d’où la nécessité de présenter des textures évolutives à l’enfant pour éviter une rupture trop importante et solliciter sa mastication petit à petit.

L’enfant peut commencer à tenir dans sa main des croûtes de pain et des biscuits entre 6 et 9 mois, et à 9 mois il peut prendre lui-même avec ses doigts des petits morceaux dans son assiette. Il faut bien séparer les textures lisses et les morceaux : donnez les purées et les compotes à la cuillère, mais mettez les petits morceaux de légumes, de fruits, de fromage dans une petite assiette séparée. Si vous mélangez des morceaux avec la purée ou la compote votre enfant sera en difficulté pour gérer 2 textures différentes en même temps et il fera mine de s’étouffer…

Il ne faut pas trop tarder pour cette introduction d’aliments en morceaux. On a montré que des enfants de 15 mois qui n’avaient reçu des aliments grossièrement mixés qu’après 10 mois avaient ensuite plus de difficultés à manger des morceaux et à élargir leur répertoire alimentaire : à 7 ans ces enfants consommaient moins de fruits et légumes et avaient davantage de problèmes de comportements alimentaires. L’introduction tardive des textures non lisses peut aussi avoir des conséquences orthodontiques, en particulier sur une croissance harmonieuse et suffisante des arcades dentaires.

Il faut respecter les goûts et l’appétit de votre fils, sans jamais le forcer.

Les repas doivent être des moments de plaisir et de convivialité, si possible en famille. Il faut éviter de se battre lors des repas.

  • Il faudrait essayer d’attirer l’attention de votre enfant sur ce qu’il mange plutôt que de le faire manger machinalement pendant qu’il joue…
  • Vous devez le mettre à table en même temps que le reste de la famille si cela est possible,
  • Essayez de créer une ambiance joyeuse et conviviale lors des repas,
  • S’il refuse un aliment essayez de l’encourager mais ne le forcez surtout pas ; il faut lui proposer de nouveau cet aliment un autre jour ; il ne faut pas se décourager après plusieurs refus mais savoir persévérer.
  • Ne remplacez pas un aliment refusé par un autre,
  • Ne compensez pas la faible consommation d’aliments à un repas par des aliments de grignotage entre les repas,
  • Respectez bien le rythme de 4 repas par jour, sans aucune nourriture entre ces 4 repas. Ne supprimez pas le goûter pour favoriser le repas du soir,
  • Ne surveillez pas sans cesse ce qu’il mange : laissez-le faire,
  • Ne montrez aucune inquiétude si vous avez l’impression qu’il a peu mangé,
  • Ne le grondez pas s’il a peu mangé,
  • Ne le félicitez pas s’il a bien mangé,
  • Ne parlez pas sans cesse de ce problème, et éviter d’en parler entre vous ou à une tierce personne devant lui.

Restez calmes et détendus. Votre fils risque de se rendre compte qu’il a un pouvoir sur vous en refusant la nourriture, et il pourra en jouer. Montrez-lui (par votre attitude mais sans en parler), dans un grand calme, que son refus de manger vous est totalement indifférent et faites comme si cela n’avait aucune importance pour vous. C’est difficile, mais c’est la seule solution. Rassurez-vous il ne va pas dépérir même s’il saute quelques repas : sa prise de poids s’en ressentira peut-être un peu, mais ce ne sera que passager.

Donnez de la saveur à votre cuisine. On peut éviter la monotonie en jouant avec les épices dans les compotes (vanille, cannelle, etc.) ou dans les légumes, la viande ou le poisson (curcuma, cumin, curry, muscade, etc.) en évitant le poivre et le piment. Les herbes aromatiques (aneth, basilic, cerfeuil, ciboulette, coriandre, estragon, laurier, menthe, persil, romarin, sauge, thym, etc.) permettent de varier les recettes en modifiant les goûts et de mettre de la couleur dans les plats. Un peu d’oignon, d’échalote, et même d’ail, ajouté à la cuisson peut permettre de faciliter l’acceptabilité de certains légumes plus fades, et de varier les préparations.

Auteurs
Article publié le 08/06/2016 Mis à jour le 10/06/2016