> Mon pédiatre & Moi > Questions/Réponses > Voyage > Voyage lointain : quels risques et quelles précautions

Voyage lointain : quels risques et...

Nous envisageons de partir en Asie avec notre fille de 15 mois pendant 2 semaines. Quels risques peut présenter un tel voyage lointain, notamment en termes d'adaptation climatique et temporelle : combien de temps compter pour s'adapter au décalage horaire ? Quels conseils pour que ce décalage se passe bien ? Tant pour l'aller que pour le retour en France puisque nous reprendrons le travail dès notre retour, et elle ira à la crèche, avec au mieux un week-end pour se remettre. Quels conseils pour l'adaptation climatique (chaleur humide) et l'alimentation ?

1 an
Je vous recommande l'article "Voyage lointain : quels risques et quelles précautions" sur le site mpedia.fr
ARCHIVE

Les séjours dans les pays tropicaux et subtropicaux sont déconseillés avant l’âge de 8 ans, pour les raisons sanitaires.

La protection vaccinale est difficile, car beaucoup de vaccins ont une AMM à partir de 12 mois (Hépatite A, Meningo A C Y W135, Fièvre jaune) ou 24 mois (Fièvre typhoïde).

Le traitement anti paludisme est important selon le pays que vous choisissez, mais plus difficile à cause des posologies. La prévention est compliquée par la toxicité des produits.

Dans les recommandations il vaut mieux utiliser une moustiquaire trouée traitée qu’une moustiquaire neuve non traitée.

Le décalage horaire est en effet souvent important, et le vol très pénible. Encore plus avec un bébé qui commence à marcher. L’adaptation climatique est également beaucoup plus dure chez un bébé.

Ma recommandation serait de laisser votre bébé chez mamie. Vous prenez un grand risque sanitaire et votre bébé ne profite absolument pas de ce voyage. Même ses parents en profiteront moins. Mais je pense que ce n’est pas ce que vous voulez entendre.

Voyez avec le médecin pour une prévention médicamenteuse et utilisez bien les moustiquaires imprégnées. Le risque toxicologique est nettement inferieur au risque du paludisme.

L’usage des répulsifs chez les jeunes enfants

L’innocuité des répulsifs chez les enfants de moins de trente mois n’a pas été démontrée de façon formelle. Néanmoins, face au risque de maladies graves transmises par les moustiques et au vu des rares effets indésirables rapportés, le Conseil supérieur d’hygiène publique considère que les produits à base de DEET peuvent être utilisés dès l’âge de deux mois à condition de ne pas dépasser la concentration de 30 % et de respecter les contre-indications et les précautions d’emploi. L'application de répulsif ne doit pas être faite sur les mains. Chez les enfants ayant souffert de convulsions, l’usage des répulsifs est contre-indiqué par précaution.

Dans tous les cas, les moustiquaires de berceau imprégnées de pyréthrinoïdes sont considérées comme le moyen prioritaire de protection efficace chez les jeunes enfants. Toutefois, il faut faire très attention à ce que les nourrissons ne s'étouffent en attrapant et en « tétant » la moustiquaire. Enfin, n'oubliez pas que tous les répulsifs sont toxiques lorsqu'ils sont ingérés : ne les laissez pas à portée des jeunes enfants et empêchez ces derniers de se sucer les doigts après pulvérisation.

Si vous souhaitez des conseils plus amples vous trouvez toutes les produits avec les concentrations recommandées et les limites d’âge dans le BEH ci-joint.

Bon voyage.

Cette réponse vous a été utile ?

Aidez mpedia à continuer d'exister et à rester gratuit en faisant un don. Nous avons besoin de vous !

Auteurs
Article publié le 18/03/2015 Mis à jour le 19/03/2015