Troubles du sommeil à 2 ans, que faire ?

Depuis environ 2 semaines ma fille de 2 ans a du mal à s'endormir (nous la couchons entre 20h et 20h30), elle se réveille en pleine nuit en hurlant (nous n'arrivons pas à la calmer, elle met entre 1h et 2 h à se rendormir) et se réveille très tôt le matin (vers 7 heures). Elle a donc entre 8h et 9h de sommeil par nuit, ce qui je pense est très insuffisant. Que pourrions-nous faire pour remédier à ces problèmes car cela devient très difficile à supporter pour elle et pour nous.

19/05/2014

Ce trouble du sommeil est très fréquent à 2 ans à un âge où l’enfant franchit une nouvelle étape vers plus d’autonomie par le langage, l’acquisition de la propreté, le fait de jouer seul, etc. Toute période d’acquisition de plus d’autonomie s’accompagne d’une petite anxiété de séparation car il faut grandir, aller de l’avant et se séparer un peu plus de sa maman… Tout le monde, les adultes comme les enfants, a un sommeil fait de juxtaposition de phases de sommeil séparées par des micro-réveils. Quand tout va bien le dormeur ne se réveille pas complètement et n’a même pas conscience de ce micro-réveil, tout au plus il change de position…mais quand un petit (ou gros) souci trotte dans la tête ce micro-réveil se transforme en vrai réveil avec une difficulté à se rendormir. Et chez l’enfant ce souci peut être la peur d’être seul, la difficulté à se séparer. Qui plus est l’enfant se réveille dans ce lit à barreaux et se sent enfermé. A cet âge il convient de mettre votre petite fille dans un grand lit d’enfant et généralement cela suffit à régler le problème. Il convient aussi de la laisser s’endormir seule au coucher : si vous restez près d’elle ou que les rituels du coucher sont trop longs, l’enfant lors de ses réveils nocturnes aura toujours besoin du même scénario pour se rendormir. De même si vous la bercez ou encore la mettez avec vous dans votre lit.

Si vous ne voulez pas que les choses s’organisent il faut être serein et assez fermes. La coucher le soir en lui disant « à demain matin », puis quand elle se réveille attendre pour aller la voir, ne vous précipitez pas Si elle se réveille franchement allez-y, ne la levez pas, ne la bercez pas, ne lui donnez pas à boire, n’organisez rien autour de ce réveil. Dites-lui gentiment que c’est la nuit, que tout le monde dort, apaisez-la et repartez avant qu’elle soit rendormie comme au coucher. Si elle insiste allez-y une seconde fois en lui montrant que vous êtes assez mécontents et que vous ne viendrez plus. Puis la 3ème fois vous n’y allez plus. Il va y avoir peut être 2 ou 3 nuits difficiles et tout va rentrer dans l’ordre. Bien sûr ces séquences sont à répéter à chaque réveil : complaisance, gentillesse, fermeté, sévérité… Bien sûr cela doit être en accord avec votre attitude le jour. Et bien sûr cela suppose que la vie de famille soit sereine et calme et qu’il n’y ait pas de souci majeur dont il conviendrait de prendre conscience et qu’il conviendrait de résoudre avant.

Auteurs :
SALINIER Catherine, Dr, Pédiatre
Article publié le 19/05/2014 Mis à jour le 19/05/2014