> Mon pédiatre & Moi > > Quotidien/pratique > Couches et produits de soin : protéger bébé des toxiques !

Couches et produits de soin :...

Dans son magazine de septembre 2018, 60 millions de consommateurs fait le point sur les composants toxiques malheureusement encore présents dans des produits d’hygiène pourtant utilisés au quotidien par les parents.

Je vous recommande l'article "Couches et produits de soin : protéger bébé des toxiques !" sur le site mpedia.fr

L’enquête 2018 de 60 Millions de consommateurs sur les couches et produits de soin pour bébé

Objectif « zéro toxique au contact des bébés »

Cet objectif, porté par le magazine, semble loin d’être atteint. Mais, depuis une première enquête portant uniquement sur les couches, réalisée moins de deux ans auparavant, la situation semble s’être améliorée. Ces enquêtes et bancs d’essai des produits en laboratoire ont pour mérite de sensibiliser les parents et de les rendre plus attentifs aux produits qu’ils choisissent, mais également des professionnels de la petite enfance et établissements de santé comme les maternités. 60 millions de consommateurs donne ainsi l’exemple de l’Hôpital Privé Nord Parisien (HPNP) de Sarcelles, dans le Val d’Oise, où, depuis un an, se tiennent chaque mois des ateliers sur les polluants et substances toxiques, destinés aussi bien aux jeunes parents qu’aux professionnels de la maternité.

Tests sur les couches : des résultats surprenants et controversés

Alors que les grands premiers du banc d’essai 2017, Love & Green et Mots d’enfants se retrouvent respectivement en 9ème et 8ème place, à cause de la présence de résidus de pesticides (glyphosate) et de composés organiques volatiles, Pampers, largement épinglé dans la précédente étude remonte en tête du tableau avec 2 références en 2ème et 3ème position. La marque aujourd’hui plébiscitée par le magazine est Joone, également la plus chère du marché.
Ce revirement de situation a entraîné de nombreuses réactions, de la part de parents inquiets et un peu perdus, notamment car Love & Green conteste, dans une lettre ouverte, la méthodologie, la présentation des résultats, la notation et le classement de cette enquête. La marque argumente que cette dernière fait totalement l’impasse sur l’utilisation de plastique et de lotion pétrochimique à base de petrolatum et de colorant, ainsi que la présence de chlore dont elle serait elle-même exempt. Enfin, elle dit ne retrouver aucun résidu de glyphosate dans les tests réalisés tous les 3 mois par un laboratoire indépendant, pour son compte.
Difficile pour les parents de s’y retrouver dans cette guerre des arguments…
 

Lingettes et produits de toilettes : le phénoxyéthanol en recul

Point positif pour les lingettes : la majorité des fabricants ont retiré le phénoxyéthanol de leur composition. En revanche, étant donné la fréquence importante d’utilisation de ce produit sur le siège de bébé, on peut s’inquiéter de la présence d’autres ingrédients indésirables dans certains produits : irritants, allergisants, et la plupart du temps, parfum.

On retrouve malheureusement ces mêmes composants dans des produits de soin : gels lavant, eaux nettoyantes, ou encore crèmes hydratantes et crèmes pour le change.

Le magazine souligne toutefois des compositions quasi-irréprochables pour de nombreux liniments oléo-calcaires, de plus en plus plébiscités par les parents. Avec une liste d’ingrédients très courte, ils sont le plus souvent formulés sans conservateurs, parfums ou tensio-actifs.

Le conseil de l’expert mpedia

L’utilisation du liniment oléo calcaire est un phénomène de mode, assez locorégional, sans justification scientifique véritable, basé sur des habitudes et conseils des maternités.

Nous nous lavons tous, que ça soit les mains ou les fesses, à l’eau et au savon. L’huile sert à nettoyer des saletés grasses qui partent difficilement autrement, par exemple après avoir travaillé sur un moteur de voiture. Mais toutes les saletés de la vie quotidienne, et pipi et caca en font partie, s’enlèvent difficilement avec une solution grasse !

Chez les nouveau-nés, le liniment peut être une aide pour nettoyer du méconium qui aurait séché et qu’on aurait eu du mal à nettoyer avec de l’eau tiède et du savon.

En plus, selon certaines publications, l’utilisation des produits d’hygiène à base d’antigènes alimentaires augmente le risque d’allergies (F. Rancé).

Chez les enfants à risque d’eczéma l’utilisation des produits à base de l’huile de tournesol ou d’olive n’améliore pas l’état de la peau*.

Pour être concis, au quotidien :

Lavez les fesses de vos enfants à l’eau et au savon, rincez bien, séchez la peau, puis mettez la couche.

Si la peau est irritée, vous pouvez toujours avoir recours à une crème, mais son utilisation préventive n’est pas justifiée.

Dr Andréas WERNER, Pédiatre

 

Retrouvez nos articles sur :

·         Le choix des couches

·         Les produits de toilette

 

Vous avez aimé cet article ?

Aidez mpedia à continuer d'exister et à rester indépendant en faisant un don. Nous avons besoin de vous !

Sources

* : (Acta Derm Venereol 2015 Epub ahead of print, INVESTIGATIVE REPORT : Olive Oil, Sunflower Oil or no Oil for Baby Dry Skin or Massage: A Pilot, Assessor-blinded, Randomized Controlled Trial (the Oil in Baby SkincaRE [OBSeRvE] Study), Alison COOKE1, Michael J. CORK2, Suresh VICTOR3,4, Malcolm CAMPBELL1, Simon DANBY2, John CHITTOCK2 and Tina LAVENDER1)