> Grossesse > Guide santé > Médecine douce > Médecines douces, aromathérapie
Médecines douces, aromathérapie
Homéopathie et grossesse
de 1 Trim à 3 Trim
Mémoriser Je vous recommande l'article "Médecines douces, aromathérapie : des alternatives intéressantes à la médecine classique, à certaines conditions" sur le site mpedia.fr

Médecines douces, aromathérapie : des alternatives intéressantes à la médecine classique, à certaines conditions

La grossesse s’accompagne souvent de maux (problèmes digestifs, hypersalivation, problèmes de circulation sanguine...) inconfortables voire désagréables. Ils sont généralement sans gravité mais les solutions thérapeutiques restent délicates à mettre en œuvre de par la présence du bébé. Les médecines douces peuvent alors être intéressantes et soulager le quotidien de la future maman sans mettre en jeu la santé du bébé… 

L’homéopathie

Le principe de l’homéopathie est de soigner "le mal par le mal", "le semblable par le semblable". On utilise une dose infinitésimale qui ne sera plus toxique puisqu’elle aura été diluée à l’extrême.

Contrairement à la médecine classique qui utilise des doses fortes, l'homéopathie agit mieux quand le médicament est fortement dilué : les remèdes classiques ont un mode d'action et une activité très spécifique contre les symptômes tandis que l’homéopathie aide l’organisme à se guérir lui-même. 

Pendant la grossesse, certains médicaments classiques sont interdits aux femmes enceintes car ils sont néfastes au bébé. Ce n’est pas le cas de l’homéopathie qui n’est pas toxique et agit dans un grand nombre de situations.
 
On ne note pas d'effets secondaires ni pour la future maman ni pour le bébé. L’automédication est autorisée pour l’homéopathie du moment que les produits ne contiennent que des substances homéopathiques. Les médicaments homéopathiques les plus utilisés se présentent en tube de 80 granules à prendre en dehors des repas et à laisser fondre sous la langue.

L’ostéopathie

L’ostéopathie prend en compte l’organisme dans son ensemble : les os interagissent sur les organes et réciproquement. C'est particulièrement vrai au cours d'une grossesse car l'intégralité du corps se transforme.

L'ostéopathie est donc un système diagnostique et thérapeutique basé sur la qualité du mouvement dans le corps. Le traitement est exclusivement manuel, considérant l'individu dans sa globalité, intégré à son environnement.
 
De nombreux maux de la grossesse sont d’origine mécanique ou fonctionnelle. L’ostéopathe peut aider la personne qui souffre et apporter un soulagement partiel ou complet. 

L’acupuncture

Il existe, en acupuncture, 365 points ayant une localisation précise sur le corps humain (avec une numérotation internationale reconnue par l'OMS) ainsi que des trajets de circulation appelés "méridiens".

Ces points et ces méridiens correspondent aux énergies de notre corps. La grossesse dure 10 mois lunaires et chaque mois a sa raison d’être. La grossesse est vue comme un cycle au cours duquel on peut intervenir sur les points d’énergie de l’organisme. 
 
En France, l'acupuncture doit être exclusivement pratiquée par des médecins acupuncteurs diplômés et des sages-femmes titulaires d'un diplôme interuniversitaire d'acupuncture à usage obstétrical.
 
L’acupuncture peut être utilisée pour favoriser la version du bébé en siège, préparer le périnée et déclencher le travail par la maturation du col. 
Certaines maternités proposent l’acupuncture en consultation prénatale comme en salle de naissance.

L’aromathérapie et la phytothérapie

L'efficacité des thérapies complémentaires ou alternatives est insuffisamment évaluée pendant la grossesse. La future mère devra se méfier, par exemple, de l'aromathérapie ainsi que de certaines plantes (phytothérapie). Demander conseil à son médecin est indispensable.

Vous avez aimé cet article ?

Aidez mpedia à continuer d'exister et à rester indépendant en faisant un don. Nous avons besoin de vous !

Haut de page
Experts
Article publié le 12/06/2012 Mis à jour le 07/05/2015
Sources

Le grand Livre de la grossesse édité par les Editions Eyrolles écrit par le Collège national des gynécologues et obstétriciens français sous la direction du Professeur Jacques Lansac, édition 2012/2013.

Mémoriser Je vous recommande l'article "Médecines douces, aromathérapie : des alternatives intéressantes à la médecine classique, à certaines conditions" sur le site mpedia.fr