Alimentation bébé APLV

Article : Proposition d’alimentation pour un bébé allergique aux protéines du lait de vache (APLV)


Les "laits" thérapeutiques chez l’enfant allergique aux PLV

Les laits infantiles, qu’ils soient 1er âge, 2e âge ou de croissance, sont fabriqués à base de lait de vache, ou rarement à partir de lait de chèvre. En cas d’allergie aux protéines du lait de vache (APLV) il faut éviter ces laits (même ceux qui sont à base de lait de chèvre) et les remplacer par des hydrolysats (préparations dont les protéines ont été fragmentées en petits peptides sous l’action d’enzymes afin de limiter ou de supprimer leur pouvoir allergisant), ou une préparation à base d’acides aminés en cas d’APLV sévère ou d’inefficacité de l’hydrolysat. Il existe 2 types d’hydrolysats :

  • les hydrolysats extensifs de protéines de lait de vache : Allernova AR, Althera, Nutramigen LGG, Nutriben APLV, Prégestimil, Pepticate (nouveau nom de Galliagène),
  • les hydrolysats de protéines de riz  (Modilac expert riz, Modilac expert riz AR, Novalac riz). Deux autres produits à base de riz sont proposés dans le cadre d’une alimentation végétarienne (Premiriz et Mandorle riz) mais ces produits ne sont pas indiqués en cas d’APLV, ils ne sont pas vendus en pharmacie.

Il faut aussi éviter les laitages et les fromages, ainsi que tous les produits pouvant contenir du lait ou du lactose (certaines céréales, certains "petits pots", etc.). Il est important de lire la liste des ingrédients sur les étiquettes. 

En cas d’APLV sévère (choc anaphylactique par exemple), et seulement dans cette situation, il faut éviter les produits dont l’étiquette indique un risque de traces de lait.

Les laits HA ne doivent absolument pas être utilisés en cas d’APLV : ils sont destinés à la prévention de l’allergie mais pas au traitement de l’APLV.

Que faire en cas de refus d’un "lait" thérapeutique ?

Certains enfants ont des difficultés à accepter ces "laits" thérapeutiques. Dans ce cas la situation est différente selon que l’enfant est diversifié ou non. Il n’est pas possible de donner d’autres aliments que le lait avant l’âge de 4 mois.

Pour l’instant (voir notre actualité), les hydrolysats de riz ne sont plus disponibles ainsi que les desserts à base d’hydrolysats de riz. Il faut donc se limiter aux hydrolysats extensifs de protéines de lait de vache qui restent la seule solution envisageable en cas d’APLV avérée. 

Enfant de moins de 4 mois
  • Essayez l’hydrolysat de PLV dans une tasse ou un gobelet pour bébé.
  • Essayez de varier la température du biberon : l’idéal est de le donner tiède (autour de 35°) mais certains enfants préfèrent le boire à température ambiante. Il semble qu’à une température plus basse l’amertume de l’hydrolysat de PLV soit moins marquée.
  • En cas de refus, ne désespérez pas, ne forcez pas votre bébé à boire, armez-vous de patience et essayez de donner le biberon dans une ambiance calme et détendue (même si cela n’est pas facile…) ; proposez de nouveau le biberon un peu plus tard. On observe généralement une meilleure acceptabilité après un certain nombre de refus.
  • Si votre bébé ne boit qu’une partie du biberon pendant un ou deux jours, ce n’est pas dramatique. Proposez lui un peu d’eau en complément et surveillez son poids.

Enfant de plus de 4 mois
  • Essayez de parfumer l’hydrolysat avec des céréales 1er ou 2e âge, de parfums divers, en particulier au chocolat (le chocolat est classiquement débuté à 9 mois mais aucune donnée scientifique n’interdit de commencer plus tôt).
  • Il est envisageable d’ajouter un peu d’hydrolysat dans les purées de légumes.
  • Préparez de la semoule (Floraline, etc.), du tapioca (Perles du japon, etc.), ou des petites pâtes, avec l’hydrolysat, que vous donnerez à la cuillère.

Proposition de menus pour bébé allergique aux PLV Le matin

1 biberon de 240 ml d’eau faiblement minéralisée + 8 mesures arasées d’un hydrolysat. Cette ration peut être diminuée ou augmentée de 30 ml d’eau et 1 mesure arasée, mais il ne faut jamais forcer votre bébé à terminer son biberon. Il faut respecter son appétit qui peut varier d’un jour à l’autre, ou selon les heures de la journée.

Les hydrolysats de riz n'étant pas disponibles actuellement (voir notre actualité), il s'agira d'un hydrolisat extensif de protéines de lait de vache.

Il est possible, d’ajouter 1 à 2 c. à soupe de “ farines ” ou “ céréales ” 2e âge avec gluten dans ce biberon, à condition qu’il s’agisse de farines non lactées.

Entre 6 et 9 mois, il est conseillé de mettre dans la main de votre bébé un morceau de pain riche en croûte. On évite les biscuits car ils contiennent généralement du lait.  

Les jus de fruits ne sont pas indispensables.

À midi, un repas mixé à la cuillère

 

1/ soit 

-> une purée de légumes “ maison ” :

  • Les légumes seront cuits de préférence à la vapeur (meilleure conservation des vitamines et du goût), mais ils peuvent être cuits dans une eau peu salée en jetant ensuite l’eau de cuisson. Ne pas rajouter de sel, sauf en faible quantité en cas de refus répété de certains légumes très fades.
  • Il est préférable de proposer un seul légume par jour (en plus de la pomme de terre qui sert de liant pour les légumes les plus fluides comme les courgettes ou les tomates) afin que votre enfant apprenne le goût particulier de chaque légume. Si vous optez pour les "petits pots", préférez les "mono-saveurs".
  • Il est conseillé de changer de légume chaque jour, pour que votre enfant  accepte ensuite plus facilement les aliments nouveaux.
  • S’il refuse un légume, il faut lui proposer de nouveau un autre jour, sans le forcer. Il ne faut pas se décourager après plusieurs refus, mais savoir persévérer, au moins 8 à 10 fois, jusqu’à ce que le légume initialement refusé soit finalement accepté puis apprécié.

Parmi les légumes, il est possible d’utiliser : betteraves rouges, blanc de poireaux, brocolis, carottes, courgettes (épépinées et sans peau), épinards, haricots verts, patate douce, panais, potirons ou potimarrons, tomates. Les bettes (vert et blanc) et les endives peuvent être utilisées en quantité limitée, sous forme de légumes jeunes pour limiter l’apport en fibres. Les petits pois peuvent être utilisés seulement s’ils sont extra-fins. La quantité de carottes sera limitée en cas de constipation. On limitera, au début, les légumes “ à goût fort ”, ou trop riches en fibres : artichauts, aubergines, cardons, céleris, choux, fenouil, navets, oignons, poivrons, raves, salsifis, vert de poireaux, etc.

La qualité des légumes surgelés est au moins égale sinon supérieure à celle des “ produits frais ” de la grande distribution. Les légumes du potager familial sont une excellente solution, à condition que leur culture soit réalisée en limitant l’usage des pesticides et des engrais, et que leur durée de conservation soit courte.

 

-> Il est conseillé d’ajouter 1 cuillère à café d’huile végétale crue dans les légumes (colza, noix, soja, et parfois olive, en évitant tournesol, maïs, pépins de raisin et arachide). Il faut éviter le beurre et la crème fraîche (qui peuvent contenir des protéines de lait).

 

-> avec 10 g. de viande  (rouge ou blanche, en évitant les abats et la charcuterie à l’exception du jambon cuit découenné), soit 2 cuillères à café de viande mixée, 

ou 10 g. de poisson, frais ou surgelé, non pané, soit 2 cuillères à café de poisson mixé, 2 fois par semaine : 1 fois du poisson maigre (cabillaud, colin, merlan, sole, etc.), et 1 fois du poisson gras (saumon, maquereau, sardine, hareng). Il faut éviter certains poissons apportant potentiellement du PCB (anguille, barbeau, brème, carpe, silure), ou du méthyl-mercure : espadon, marlin, siki, requin et lamproie. La consommation des poissons prédateurs sauvages doit être limitée : lotte (baudroie),
loup (bar), bonite, empereur, grenadier, flétan, brochet, dorade, raie, sabre, thon…

ou 10 g d’œuf cuit dur, jaune et blanc (soit ¼ d’œuf).

La viande et le poisson peuvent être cuits à la vapeur avec les légumes, ou grillés sans graisses cuites, ou bouillis.

 

->  et un dessert de fruits crus ou cuits en utilisant des fruits bien mûrs écrasés ou mixés sans sucre ajouté si possible.

  • Il est préférable de proposer un seul fruit par jour afin que votre enfant apprenne le goût particulier de chaque fruit.
  • Tous les fruits sont possibles, même les fruits rouges et les fruits exotiques.
  • Il est conseillé de changer de fruit chaque jour, pour que votre enfant accepte ensuite plus facilement les aliments nouveaux.
  • S’il refuse un fruit il faut lui proposer de nouveau un autre jour, sans le forcer ; il ne faut pas se décourager après plusieurs refus mais savoir persévérer au moins une dizaine de fois, jusqu’à ce que le fruit initialement refusé soit finalement accepté et apprécié.

Pensez à proposer de l’eau à votre enfant, au moment du repas et entre les repas.

 

2/ soit

-> un “ petit pot ” de 200 g. légumes-viande, ou légumes-poisson

-> et un “ petit pot ” de 130 g. de fruits.

 

Il est nécessaire de respecter les goûts et l’appétit de votre enfant.

 

A 16 heures

-> « Mon premier dessert sans lait » (vendu en pharmacie) :

  • spécialité Modilac avec différents parfums : vanille, cacao, banane ; épaississement à base d’amidon de maïs. Ce produit est l’équivalent de lait 2e âge.
  • spécialité Picot (Peptijunior) avec différents parfums : abricot, fraise épaississement à base de caroube. Ce produit n’est pas équivalent à du lait 2e âge.

-> suivi éventuellement d’un biberon d’hydrolysat, de quantité variable selon l’appétit de l’enfant

-> et un morceau de pain

-> et un dessert de fruits crus ou cuits.

"Mon premier dessert sans lait" et les hydrolysats de riz n'étant pas disponibles actuellement (voir notre actualité), on proposera uniquement un hydrolisat extensif de protéines de lait de vache.

 

Le soir

  • soit 1 biberon de 240 ml d’eau faiblement minéralisée + 8 mesures arasées d’un hydrolysat avec 1 à 2 c. à soupe de “ farine ” ou “ céréales ” 2e âge (avec gluten), non lactées.

Les hydrolysats de riz n'étant pas disponibles actuellement (voir notre actualité), il s'agira d'un hydrolisat extensif de protéines de lait de vache.

  • soit une purée de légumes à la cuillère avec des céréales (semoule, riz, polenta, etc.) ou des féculents (pomme de terre, tapioca, légumes secs mixés, etc.). Puis un biberon de 120 à 150 ml d’hydrolysat.

-> et  un “ petit pot ” de fruits, ou une compote de fruits “ maison ” en utilisant des fruits bien mûrs, cuits et mixés, sans sucre ajouté si possible, si votre enfant a encore faim.

 

Ajout de glucides complexes

Il est conseillé d’ajouter dans les légumes de midi et/ou du soir des glucides complexes (autrefois appelés sucres lents) (environ 1/3 de la quantité de légumes) sous forme de :
  • céréales : semoule fine, riz, tapioca, polenta, etc. et pseudo-céréales (sarrasin, quinoa)
  • ou féculents ; pommes de terre, patate douce, manioc (tapioca) et légumes secs (lentilles, pois cassés, pois chiches, haricots secs, fèves, etc.) mixés.



Références :

1. C.Dupont, J-P Chouraqui, D de Boissieu, et al. Comité de nutrition SFP. Prise en charge diététique de l’allergie aux protéines du lait de vache. Arch Pediatr 2011;18:79-94

2. Dupont C et al. Comité de nutrition de la Société française de pédiatrie. Nutritional management of cow’s milk allergy in children. A paraître: Arch Pediatr. 2018.

3. Fiocchi A, Dahda L, Dupont C, et al. Cow’s milk allergy: towards an update of DRACMA guidelines. World Allergy Organization Journal (2016) 9:35.

4. Vandenplas Y, Marchand J, Meyns L. Symptoms, Diagnosis, and Treatment of Cow's Milk Allergy. Curr Pediatr Rev. 2015;11(4):293-7.

Experts interviewés :
Article publié le 08/02/2018 Mis à jour le 29/01/2019
Sources :