La nuit

Article : Docteur, vous n’auriez pas un livre sur … ? la nuit.

Pour cette sélection j’avais choisi le thème du sommeil… et je me suis retrouvée littéralement noyée sous le nombre des albums écrits autour du sommeil, de la peur de la nuit, des cauchemars, du refus du coucher… à tel point que j’ai décidé de fractionner le sujet. Je vous propose d’explorer la nuit, l’obscurité, le calme apparent et la vie qui continue, différemment du jour, les bruits suspects et les créatures inquiétantes qui peuplent l’imaginaire des petits et des grands. Aborder à travers l’album les peurs de la nuit peut permettre à chacun de mieux les apprivoiser. Eprouver des émotions à travers une histoire est une opportunité pour pouvoir les organiser et les mettre à distance. 

Décrypter les bruits de la nuit

  • Tu ne dors pas petit ours ?,  Martin Waddel, Barbara Firth, Ecole des Loisirs

Un texte d’une grande délicatesse et d’une infinie tendresse. C’est le dialogue entre Petit Ours qui a peur du noir et grand Ours qui  le protège et tente de contenir ses angoisses avec une patience et une bienveillance touchantes. Les illustrations aux tons pastel soulignent le grand décalage de taille entre les deux personnages et traduisent à merveille l’empathie du grand pour le petit. 

  • Clair comme lune, Sandra V. Feder, Aimée Sicuro, Didier Jeunesse

Une maman et sa fille apprivoisent ensemble les bruits de la nuit avant que l’enfant n’aille se coucher. Où il est question de bruits dans la nuit, de couleurs, de lumière, de lune et de s’endormir en sachant que le lendemain le soleil brillera. 

  • Des bruits dans la nuit, Diana Hendry, Jane Chapman, Ecole des Loisirs

Bébé souris ne peut pas s’endormir, il entend toujours un bruit qui l’en empêche et à chaque fois il tente de rejoindre son papa dans son lit. Mais celui- ci  résiste, résiste, résiste, argumente … jusqu’à ce que… c’est tendre et drôle. Les illustrations sont gaies et colorées. 

  • Scritch scratch dip clapote !, Kitty Crowther, Pastel

Où il est question d’angoisse de séparation au moment du coucher, de bruits dans la nuit, de câlins interminables et de parents bienveillants qui entendent et argumentent pour libérer leur petit de ses inquiétudes. 

Combattre les monstres de la nuit

  • La nuit dans mon lit, Julien Roux, Les Fourmies rouge

Un petit garçon tout seul dans son lit nous raconte ses angoisses dans le noir, tout aussi effrayantes soient elles, le lecteur reste serein grâce à la légèreté des illustrations. L’auteur illustrateur s’est imposé une belle contrainte graphique, celle de représenter les personnages effrayants avec des triangles multicolores, les mêmes que ceux de la couverture de l’enfant. C’est une belle réussite. 

  • Les monstres de la nuit, Magdalena, Christine Davenier, Père Castor Flammarion

Une histoire de monstres qui envahissent la chambre d’un petit garçon très courageux. Très drôle.

  • Du bruit sous le lit, Mathis, Thierry Magnier

Où il est question de bruits dans la nuit, d’un monstre inquiétant refugié sous le lit, d’un enfant empêché de dormir, … et d’un papa terrible qui cloue le bec à tout ce petit monde. Très bien construit et très très drôle. 

  • Il y a des monstres dans ma chambre, Fanny Pageaud, L’atelier du poisson soluble

Un album très original à découvrir muni d’une lampe de poche pour deviner l’ombre des monstres cachés à l’intérieur des pages  qui sont closes deux par deux. C’est très ludique, personnellement j’adore.

  • Mais qui cela peut –il être ? Shan Mahoney, Thomas Baas, Seuil

«  Il est tard, c’est le soir. Enfoui sous la couette et mon oreiller sur la tête, j’entends quelqu’un monter l’escalier ». De page en page le narrateur s’interroge … de supputation en supputation, la tension augmente. La chute est drôle et tendre. Les illustrations sur fond noir contribuent brillamment au suspens.

  • Papa !, Philippe Corentin, Ecole des Loisirs

Un jeune enfant d’un côté et un petit monstre de l’autre se réveillent dans la nuit en hurlant de terreur « Papa ! » chacun désignant l’autre comme raison à sa terreur  … Une belle illustration de la relativité… un humour délicieux, des illustrations  très expressives. Un grand classique qui fonctionne toujours à merveille. 

  • Comme si j’avais peur, Elizabeth Duval, Stéphane Sénégas, Kaléidoscope

Le narrateur, héros de l’histoire, est un petit garçon inquiet qui se laisse envahir la nuit par ses angoisses. Qui aurait cru qu’un troupeau d’hippopotames ou une armée de soldats illustrant des  doubles rideaux pourrait générer de telles angoisses à ce petit garçon ?

Heureusement, notre héros promu général des armées va organiser sa défense. C’est  drôle, un peu loufoque et très réussi. 

  • Les méchants ! Simon Grangeat, Nathalie Choux, Sarbacane

Un combat original soutenu par un langage créatif qui va mettre à terre tous les méchants qui entravent l’endormissement : « Les méchants je les crasse pied, je les croque nez, je les zim boum splash »

Dormir la nuit

  • La nuit, on dort !,  Jeanne Ashbé, Ecole des Loisirs

Où il est question d’un bébé devenu grand qui continue à réveiller ses parents la nuit pour manger… les parents, quoiqu’épuisés, ne manquent pas de ressources et d’humour. 

  • Dodo, Dorothée de Monfreid,  Ecole des loisirs

Un format tout en hauteur, une unité de lieu : une chambre à coucher avec des lits superposés, 4 couchettes par page, toutes occupées. Au début de l’histoire on est dans la pénombre… tout ce petit monde dort… mais Popov ronfle…ce qui va réveiller Micha… puis Nono … puis Pédro… et chacun d’allumer sa lampe et de naviguer dans la chambre d’un lit à l’autre… seul Popov poursuit paisiblement sa nuit ! C’est truculent ! J’adore. 

  • Dis tu dors ? Sophie Backall Didier Jeunesse

Un petit garçon questionne sa maman au milieu de la nuit … et de pourquoi en parce que nous arriverons jusqu’au matin et au retour du papa qui pilote un avion la nuit. C’est amusant, finement observé et plein de fraîcheur.

  • Mais que font les parents la nuit ? Thierry Lenain, Barroux, Little Urban

Une petite fille, quelque peu audacieuse, interroge ses parents sur cette question universelle, elle fait même une série d’hypothèses que ses parents contredisent en argumentant avec patience et conviction… Regardent-ils des dessins animés ? Font-ils la fête? Mangent ils des sucreries ?…

  • Des mots pour la nuit, Annie Agopian, Albertine, La joie de Lire

Une série d’injonctions poétiques et délicates pour se laisser sereinement emporter dans la grande traversée de la nuit. Les illustrations colorées d’Albertine sont sublimes. 

Experts interviewés :
Article publié le 01/02/2018 Mis à jour le 12/03/2018