> GUIDE PRATIQUE > Coin lecture > Quels livres... > Docteur vous n’auriez pas un IMAGIER?

Docteur vous n’auriez pas un IMAGIER?

Mémoriser Je vous recommande l'article "Le coin lecture du Docteur Mahé-Guibert" sur le site mpedia.fr

Le coin lecture du Docteur Mahé-Guibert

De retour d’un séminaire passionnant en Aveyron sur les imagiers j’ai décidé de vous faire partager les richesses de ces albums. Historiquement l’imagier est un livre destiné à l’enseignement des enfants. On a tous eu, moi la première, un imagier du Père Castor : une image, très réaliste, et le mot, écrit dessous, en minuscules. C’est un tantinet désuet et ouvertement scolaire.

Aujourd’hui l’offre en matière d’imagiers, s’est largement diversifiée, elle bénéficie des multiples avancées technologiques en matière d’édition et de l’immense créativité des auteurs-illustrateurs. L’imagier contemporain est un creuset de fantaisie et d’esthétique. Il parle autant aux petits qu’aux grands, il émerveille, suggère, associe, rassemble, raconte, embellit… il peut être militant, philosophique, poétique… les possibilités sont à l’infini. Bien sûr, il est un support utile et reconnu pour soutenir l’acquisition du langage, pour accéder à des connaissances, pour débuter des activités de catégorisation, pour encourager le pointage et l’attention conjointe mais il est tellement plus que cela : il est une présentation du monde, une fenêtre sur la vie, un tremplin pour l’imaginaire, une occasion de partage intergénérationnel, une découverte de l’émotion artistique…

Je vous présente une sélection que j’espère le plus éclectique possible afin que chacun y trouve son bonheur ; quant à moi je les aime tous !! 

Première partie d'imagiers

  • L’imagier du père Castor, Flammarion

Le plus classique des imagiers, le premier est paru en 1957. Les objets sont dessinés avec beaucoup de réalisme. Le nom est écrit sous l’image. Dans les premières pages sont délivrés des conseils d’utilisation à visée pédagogique pour enrichir le langage de l’enfant. 

  • L’imagier Deyrolle, Deyrolle

Une édition récente d’images anciennes venues tout droit des planches pédagogiques des leçons de choses adressées aux écoliers de la fin du 19ième siècle. C’est très esthétique et délicieusement suranné. 

  • Petit musée, Alain Le Saux, Grégoire Solotareff, Ecole des Loisirs, 1992

Un grand classique, chaque mot est illustré par un détail extrait d’un tableau de maître. L’art à la portée de tous. Un bonheur !

  • Tout un monde, Au jardin, A table, Katy Couprie, Antonin Louchard, Thierry Magnier 

Des imagiers qui bousculent tous les codes : pas de texte mais une succession d’images utilisant de nombreuses techniques : photo, eau forte, encre, gouache, acrylique…des images qui s’enchainent par association d’idées à la manière de la comptine bien connue des enfants : marabout, bout de ficelle, selle de cheval… C’est drôle, poétique, philosophique, parfois même un peu subversif… mais tellement subtil et franchement inépuisable. 

  • Tout un monde palestinien, Thierry Magnier   

A la manière des ouvrages précédents, une quarantaine d’artistes palestiniens ont collaboré sous la direction artistique de Katy Couprie. Un parti pris discrètement militant.  

Deuxième partie d'imagiers

  • Noir sur blanc, Blanc sur noir, Qu’est ce que c’est ? Tana Hobban 

Trois petits imagiers cartonnés qui présentent des objets du quotidien judicieusement choisis et associés, mis en valeur par un graphisme d’une grande pureté, c’est très simple et très maîtrisé, du grand art. 

  • Ca pique, c’est doux, Des ronds, des carrésCroise les doigts, Des rayures, des flèches, Jill Hartley, Didier Jeunesse

Des photos couleurs magnifiques, des images qui se répondent et font sens avec le titre de chaque album. Une esthétique et un dépouillement qui frisent la perfection. 

  • Goélands et salicornes, Que s’est il passé ? , A nous de choisir !, Potiron et cornichon, Nicolette Humbert, La joie de lire 

Des imagiers photographiques à thème : la mer, le jardin, les transformations, les gestes de la vie quotidienne. Pas de textes mais les images suffisent. 

  • Ouvre les yeux, Devine à quoi on joue, Imagine c’est tout blanc, Claire Dé La joie de lire

Des photos très colorées et très contrastées, d’une grande qualité esthétique qui permettent à chacun de redécouvrir son environnement, par un détail mis en exergue, une association qui fait sens entre deux images. Les photos sont tantôt réelles, tantôt retravaillées par l’artiste, et l’on navigue entre rêve et réalité dans un flou artistique plus que réussi. Là aussi des ouvrages qui émerveillent petits et grands. Ouvre les yeux a été offert à tous les nouveau-nés du département du Val de Marne en 2007.

  • Vroum ! Vroum ! Fruits, fleurs, légumes et petites bêtes, Les animaux de la ferme, Les animaux sauvages, François Delebecque, Les Grandes Personnes

François Delebecque a décidé de mettre son talent de photographe à la portée des enfants. Ces albums sont tous construits sur le même principe, l’objet est représenté en négatif sur un volet à soulever pour en découvrir la photo couleur. Les petits se régalent : la manipulation, la surprise, le choix des thèmes, tout fait mouche. 

Troisième partie d'imagiers

  • Saisons, L’imagier des gens, Romance Blexbolex, Albin Michel

L’auteur utilise la sérigraphie. Ses images ont un graphisme et un chromatisme très marqués : les couleurs sont très vives et parfois à l’inverse des codes des représentations réalistes et le dessin est très stylisé. Les images se succèdent et s’associent aves des liens que chacun peut faire à sa guise et selon son imagination. Des personnages et des lieux se retrouvent au fil des pages et se font écho. Les mots sont choisis avec soin, précision et poésie. On est tour à tour étonné, ému, amusé, interrogé, ravi… 

  • Axinamu, Oxiseau, Naceo, Dinorause, Piteau et Gervais, Les grandes Personnes 

Voici quatre superbes albums en grand format, aux titres en anagramme pour déjouer les codes de l’imagier classique. Les illustrations sont faites au pochoir, elles sont très réalistes et très esthétiques, elles peuvent êtres immenses et occuper une double page, ou se cacher derrière des volets à soulever, elles peuvent représenter l’animal tout entier, ou n’en livrer qu’un détail, un indice (plumages, touffe de poils, empreinte de pattes…) Le livre se conclut par un jeu de reconstitution. Les animaux sont choisis avec soin, les auteurs mêlent avec bonheur des noms très communs avec des très rares. 

  • Zoo logique, Presque tout Joëlle Jolivet, Seuil Jeunesse 

Des albums de grand format qui se lisent par double page. Les illustrations sont réalisées en linogravure. Les animaux dans Zoo logique et les objets du quotidien dans Presque tout est classés par thèmes, ils envahissent l’espace entier, s’imbriquent les uns dans les autres sans se superposer, c’est à la fois foisonnant et ordonné.

  • Romi à la plage Janik Coat , Autrement, Romi à la maison, Janik Coat, Actes Sud

Romi est un bel hippopotame rose fluo que l’on suit à la plage ou à  la maison. Un mot par page, qui s’oppose ou fait écho avec celui de la même double page. Les illustrations sont de couleurs très vives et de style très graphique. Un trait d’humour pour parfaire l’ouvrage.

Du même auteur Mon hippopotame Autrement, sur les contraires, et Popov et Samothrace Mémo, un bestiaire. 

  • Ma zonmé, Vincent Malone, Soledad Bravi, Seuil Jeunesse 

Un imagier en verlan, clin d’œil aux ados, qui manient si bien ce langage. Bonheur des petits qui accèdent avec ravissement à ce code de grands. Amusement des adultes qui se prennent au jeu. Les illustrations sont des dessins représentant les objets … renversés. Personnellement j’adore !!

Quatrième partie d'imagiers

  • Mon imagier après la tempête, Eric Veillé, Actes Sud 

Sur la page de droite une série d’objets regroupés autour d’un thème et sur la page de gauche les mêmes, un peu transformés par la tempête, par l’éléphant… la transformation est tantôt attendue, tantôt fantaisiste, voire franchement improbable ce qui fait tout l’intérêt de cet album.

  • La poule un imagier à picorer, Laurent Simon, Milan

Un imagier à thème pour les passionnés de gallinacées. C’est frais, drôle, très coloré, ça fourmille d’informations très sérieuses, d’expressions consacrées et de clins d’œil complices… de quoi intéresser et amuser petits et grands.

  • Dans l’ensemble, Elisa Géhin, Les fourmis rouges

Un imagier qui classe les objets du quotidien de l’unique au multiple, avec fantaisie et humour, dans des doubles pages et des volets à déplier pour augmenter la surprise. Les dessins sont très colorés, très vivants voire foisonnants.  

  • Animaux surprises, Gilbert Legrand, Sarbacane 

Des objets du quotidien détourné afin de créer des représentations d’animaux.  C’est drôle, inattendu, imaginatif… 

  • Le grand livre des petits trésors, Nadine Robert, Aki Comme des géants

Où l’on suit une grand-mère et son petit-fils dans différents lieux, à la recherche de ces petits trésors que seuls les enfants savent dénicher avec une acuité qui nous échappe voire nous déroute. Chaque milieu : la forêt, la rivière, la ville, fait l’objet d’une illustration sur une double page où tout est nommé et où se cachent les fameux petits trésors. La complicité entre la grand-mère et l’enfant est touchante. Les illustrations sont agréablement colorées et stylisées. 

  • Quelles couleurs ! Régis Lejonc, Thierry Magnier

Un imagier sur le thème des couleurs. Chaque chapitre correspond à une couleur qui est d’abord nommée puis déclinée dans toutes ses nuances avec une grande richesse lexicale. Le contenu de chaque chapitre est une succession d’images d’une grande diversité graphique et d’une grande fantaisie en lien avec la couleur annoncée. 

Experts
Article publié le 18/07/2016 Mis à jour le 07/09/2016
Mémoriser Je vous recommande l'article "Le coin lecture du Docteur Mahé-Guibert" sur le site mpedia.fr