> GUIDE PARENTALITÉ > Enfant précoce > Diagnostic > Diagnostiquer un enfant précoce

Diagnostiquer un enfant précoce

de 3 ans à 6 ans
Mémoriser Je vous recommande l'article "Comment établir un diagnostic de précocité chez l'enfant ?" sur le site mpedia.fr

Comment établir un diagnostic de précocité chez l'enfant ?

Votre enfant a su lire très tôt. Il est vif, hypersensible, manie l’humour et a des centres d’intérêt de grand. Est-il précoce ? Comment en être sûr ? Identifier la précocité intellectuelle de votre enfant est important pour l’accompagner au mieux. Au moindre doute, demandez conseil à votre médecin qui vous orientera vers un psychologue ou un pédopsychiatre habilité à diagnostiquer la précocité par des tests.

Pourquoi il est important d'identifier la précocité

Avant 3 ans, la précocité est rarement détectée par les parents. C’est quand l’enfant entre à l’école, que l’on peut se rendre compte que ses capacités d’apprentissage et de compréhension sont supérieures à celles de ses camarades, qu’il rencontre des problèmes d’intégration, qu’il s’ennuie... Il n’est pas rare que les enfants intellectuellement précoces ou à haut potentiel (autrefois on parlait de surdoué) souffrent d'un grand mal être.

A partir de la classe de 4ème, le tiers de ces enfants se retrouvent en échec scolaire. Identifier la précocité de votre enfant c'est poser des mots sur une différence souvent vécue jusque-là comme une souffrance. C’est aussi lui permettre mais aussi vous permettre de comprendre « comment il fonctionne », pour mieux l'accompagner.

Comment évaluer la précocité intellectuelle ?

Pour évaluer la précocité, le médecin vous enverra chez un psychologue ou un neuropsychologue pour effectuer un test de QI (quotient intellectuel) ou test psychométrique.

Le psychologue vous proposera un entretien pour identifier le contexte familial, socio-culturel, connaître l'histoire de l'enfant. Il identifiera tous les facteurs qui permettront de pondérer, d'analyser les résultats des tests psychométriques (grande timidité, hyperactivité, milieu social défavorisé…).

Suivent les tests proprement dits. Les résultats s'expriment en chiffres. La moyenne de la population est de 100. L'ensemble de la population se répartit de façon à peu près égale de chaque côté, suivant une courbe en cloche.

Les plus pratiqués ont été mis au point par David Wechsler :

  • le WIPPSI-R s'adresse aux enfants de 3 à 6 ans
  • le WISC, entre 6 ans et 16 ans

Ils sont divisés en groupes de "subtests" :

  • L’Indice de compréhension verbale (ICV) comporte des subtests verbaux qui font appel à un bon langage.
  • L’indice de raisonnement perceptif (IRP) comprend des subtests non verbaux.
  • L’indice de mémoire de travail (IMT) teste la mémoire immédiate
  • L’indice de vitesse de traitement (IVT) mesure les compétences neuro-visuelles

Le QI total est une combinaison des notes obtenues à ces différents indices.

On parle d'enfant précoce ou à haut potentiel quand les résultats atteignent 130, mais en fait les résultats pour ces enfants sont souvent très hétérogènes avec des notes très élevées aux subtests de l’ICV et de l’IRP, plus basses aux deux autres indices, ce qui interdit de calculer un QI total mais permet d’analyser le fonctionnement de votre l’enfant. Cela permet également d’appréhender des affections associées (troubles cognitifs : dyslexie, dyspraxie, trouble déficitaire de l’attention notamment) qui sont fréquentes chez ces enfants (on parle de comorbidité).

Le psychologue appréhendera également la personnalité de votre enfant (stressé ? angoissé ? dépressif ?…)

Ces résultats chiffrés, couplés à une connaissance du comportement de votre enfant, de sa personnalité, de son milieu, aident à cerner son fonctionnement, le comprendre, l'aider à s'épanouir dans sa différence. Les résultats devront vous être détaillés, expliqués, commentés par le psychologue.

Les questions des parents

A savoir

Il existe de nombreux tests sur internet. Sachez qu'ils n'ont aucune valeur scientifique. Seul un expert est habilité à pratiquer et à interpréter ces tests.

Experts
Article publié le 21/02/2014 Mis à jour le 07/07/2015
Sources

Olivier Revol “l’échec scolaire chez l’enfant précoce : l’état des connaissances. Signes éditions : 2004

Olivier Revol même pas grave ou l’échec scolaire ça se soigne. Editions J C Lattes, et éditions J’ai lu : 2007.

Charlotte Mareau Kit de survie de l’enfant précoce. Edition Créaxion jeunesse. avril 2007 - coffret 5 volumes : 500 pages.

Mémoriser Je vous recommande l'article "Comment établir un diagnostic de précocité chez l'enfant ?" sur le site mpedia.fr