> Bébé > Alimentation > La diversification > Alimentation bio
Alimentation bio

Faut-il choisir une alimentation bio pour mon enfant ?

En commençant à diversifier l’alimentation de votre enfant, vous vous interrogez sur la nature des aliments que vous allez lui donner. Sont-ils sains ? Faut-il privilégier les produits bio ? Quels sont les enjeux ?

Vous vous posez la question d’une alimentation bio pour votre enfant, même si ce n’est pas forcément le choix que vous avez fait pour vous même, et même si le prix est plus élevé. Vous recherchez des produits sains, et le bio  peut, en effet, être l’une des options pour se nourrir correctement. Elle n’est pas la seule. Les produits locaux sont à privilégier, ils n’ont pas subi de transports longue distance et de séjours prolongés en chambre froide. Privilégiez les produits de saison, beaucoup plus savoureux et moins coûteux. L’alimentation bio peut être intéressante pour la santé des plus petits, si l’on est bien renseigné sur les aliments achetés. Cependant il existe un certain effet de mode, et des peurs excessives sont parfois induites par certains medias ou militants…

Une alimentation bio, qu’est-ce que c’est ?

L’agriculture biologique se définit comme une agriculture sans ajout de chimie de synthèse pour la protection des plantes ou pour les engrais, avec le respect des animaux et de l’environnement.

C’est une agriculture qui privilégie les engrais naturels, la biodiversité. Les labels bio se sont développés ces dernières années, avec parfois quelques abus ; de plus la valeur du label bio est différente selon les pays… En effet, il existe plusieurs labels bio : des labels français, européens, internationaux. Cette diversité engendre parfois des doutes sur la fiabilité du produit. D’autre part, il est parfois difficile de vérifier le bon respect de tous les critères de l’agriculture biologique dans un produit cuisiné par exemple, qui mélange plusieurs ingrédients. On trouve aujourd’hui dans les rayons des supermarchés tous types de produits bio, du lait bio 1er âge ou 2ème âge, en passant par les biscuits bio, les tomates bio ou même les couches bio, fabriquées avec du coton bio. Enfin, ce qu’il faut garder en tête pour vous et votre enfant, c’est que le bio est un critère de respect de l’environnement, autant qu’un critère de qualité du produit.

Les différences nutritionnelles

Les aliments de l’agriculture biologique (AB) ne sont pas plus riches en nutriments que ceux de l’agriculture conventionnelle (AC).

Les fruits AB contiennent parfois plus d’antioxydants mais moins de caroténoïdes (les caroténoïdes sont des provitamines A et certains présentent des activités anti-cancer et antioxydantes. Ils stimulent la synthèse d'anticorps).

Les légumes AB sont parfois moins riches en nitrates mais ils ne permettent pas, sans sélection, préparation et contrôle, de respecter la réglementation très sévère des "petits pots".

Les céréales et les pommes de terre AB sont moins riches en protéines.

Le lait et les œufs AB sont plus riches en acides gras essentiels oméga 3.

Une alimentation la plus saine possible

Si vous vous méfiez des pesticides utilisés dans l’agriculture pour leurs effets nocifs sur la santé de votre enfant, vous devez veiller à bien laver et/ou éplucher les fruits et légumes que vous choisissez. Il est bien plus important pour un régime équilibré de manger des produits frais, des fruits et légumes de saison plutôt que de s’en priver en invoquant le risque des pesticides. De plus en plus d’agriculteurs pratiquent l’agriculture raisonnée, en limitant les traitements phytosanitaires et en développant des alternatives respectueuses de l’environnement : l’utilisation d’insectes (les abeilles pour la pollinisation, les coccinelles contre les pucerons, etc…) ou de leurres (par exemple, ceux utilisés pour éviter la fécondation des mouches femelles par les mâles et donc les vers dans les fruits). Vous pouvez choisir des cultures issues de l’agriculture biologique, dans un souci de respect environnemental mais sachez que les études disponibles actuellement ne permettent pas de conclure formellement à une meilleure qualité nutritionnelle de ces aliments.

L’interdiction des pesticides de synthèse conduit à l’absence de résidus détectables dans 70 à 80% des produits végétaux bio. Cependant les légumes, fruits et céréales bio peuvent contenir des résidus de pesticides naturels qui sont autorisés pour leur culture. L’insuffisance de protection phytosanitaire en agriculture biologique peut aussi favoriser le développement de mycotoxines ou la production par la plante de toxines diverses en réaction d’auto-défense. Pour les produits bio d’origine animale (viande, lait) le règlement européen autorise 3 traitements antibiotiques et antiparasitaires par an. Pour les aliments issus de l’agriculture biologique il existe des exigences de production (exigences au départ), alors que les laits infantiles et les "petits pots" doivent répondre à des exigences de résultat final (réglementation s’appliquant aux aliments destinés aux enfants de moins de trois ans).

Quelles sont ces exigences pour les aliments destinés aux enfants en bas âge (moins de 3 ans) ?

Les aliments destinés aux enfants de moins de 3 ans (laits infantiles, petits pots, laitages spécifiques, etc.) obéissent à une réglementation très stricte, si bien que pour ces aliments le choix du bio n’est pas vraiment justifié.

Ces différentes exigences sont : interdiction des conservateurs, des colorants, des édulcorants, des arômes artificiels, et des hormones. Un nombre très limité d'additifs est autorisé (7 fois moins que dans les aliments courants). La quantité de contaminants est très contrôlée : pour les pesticides (500 fois moins), les nitrates (10 fois moins), les mycotoxines, les métaux... Il existe aussi une surveillance des contaminants microbiologiques (10 fois plus sévères pour la Listeria) après stérilisation ou pasteurisation.

Alimentation bio et limitation du risque de cancers

BioNutriNet est une étude importante, publiée en 2018, soutenue par les autorités de santé et le monde universitaire pour étudier la relation entre la consommation de produits bio et la fréquence de survenue de cancers.*

Cette étude approfondie de l'association entre consommation d'aliments biologiques et survenue de cancers a concerné une large cohorte d'adultes français : 68 946 participants (78,0% de femmes) du 10 mai 2009 au 30 novembre 2016. Il s’agissait d’une étude prospective sur la population par des volontaires français adultes, Les apports alimentaires et nutritionnels ont été évalués. Un score d'aliments bio a été calculé (0 à 32 points).

Au cours du processus de suivi, les 1 340 cancer survenus et identifiés étaient : 459 cancers du sein, 180 cancers de la prostate, 135 cancers de la peau, 99 cancers colorectaux, 47 lymphomes non hodgkiniens et 15 autres lymphomes.

Les scores élevés des aliments biologiques étaient inversement associés au risque global de cancer avec une réduction du risque absolu à 0,6 % ; rapport de risque pour une augmentation de 5 points, 0,92, IC à 95%, 0,88-0,96).

En conclusion, une fréquence plus élevée de consommation d'aliments "bio" était associée à un risque réduit de cancer. Ainsi, la promotion de la consommation d'aliments "bio" dans la population générale pourrait être une stratégie de prévention prometteuse contre le cancer.
 




Le conseil du pédiatre

Si vous souhaitez vous renseigner sur la nature de l’alimentation que vous allez proposer à votre enfant, référez-vous à des informations scientifiques, relayées par des professionnels de santé et les administrations concernées : Anses (Agence nationale de sécurité sanitaire de l'alimentation, de l'environnement et du travail), ou l’Institut de veille sanitaire par exemple (www.invs.sante.fr). 

Vous avez aimé cet article ?

Aidez mpedia à continuer d'exister et à rester indépendant en faisant un don. Nous avons besoin de vous !

Haut de page
Experts
Article publié le 10/10/2012 Mis à jour le 28/02/2019
Sources

Le Buanec B, (coordinateur). Le tout bio est-il possible ? 90 clés pour comprendre l’agriculture biologique. Editions Quae, Versailles. 2012 : 238 pages.

Gueguen L. Alimentation biologique. Réalités pédiatriques février 2011; N° 157 : 5-10

Bocquet A. La diversification alimentaire. In : O Goulet, M Vidailhet, D Turck, coordinateurs. Alimentation de l'enfant en situation normale et pathologique. 2ème édition, Doin éditeurs, Paris. 2012 : 175-91

American academy of pediatrics. Caring for your baby and young child: birth to age 5, Bantam Books. 2004. 752 pages.

Gueguen L, Pascal G. Le point sur la valeur nutritionnelle et sanitaire des aliments issus de l’agriculture biologique. Cahiers de nutrition et de diététique 2010.

*JAMA Intern Med. doi:10.1001/jamainternmed.2018.4357    

Mémoriser Je vous recommande l'article "Faut-il choisir une alimentation bio pour mon enfant ?" sur le site mpedia.fr