> Nouveau-Né > Le bébé prématuré > A la maternité > Prématurés et surveillance
Prématurés et surveillance
Prématurés et couveuse
Nouveau-Né
Mémoriser Je vous recommande l'article "Prématurés : des bébés sous surveillance" sur le site mpedia.fr

Prématurés : des bébés sous surveillance

On parle de prématurité pour une naissance survenant 3 semaines  avant le terme normal de la grossesse, fixé à 40 ou 41 semaines d’aménorrhée (9 mois)*. Un enfant est donc prématuré s’il nait avant la 37° semaine (8 mois) mais il existe différents degrés de prématurité, selon l’âge de naissance de l’enfant (voir plus bas).

Votre bébé né prématuré est complètement formé, mais il est encore petit et fragile. Il faut lui laisser le temps de terminer son développement. Ses organes sont effectivement achevés mais ils ne sont pas toujours prêts à fonctionner, ils sont immatures. 

Un temps d’adaptation

Un enfant qui naît prématuré, quel que soit son âge, ne dispose pas d’un organisme tout à fait achevé et ses organes les plus vulnérables sont le cerveau et les poumons. Selon son terme, son poids de naissance, les raisons de la prématurité, son examen à la naissance, votre bébé sera pris en charge dans un service spécialisé, soins intensifs, néonatologie ou unité kangourou. Cette prise en charge médicale s’organise en collaboration avec les parents. Accompagnés par l’équipe soignante, les parents ont la possibilité de passer le  temps voulu à l’hôpital auprès de leur bébé, ils peuvent appeler les médecins 24h/24, sont associés aux soins et impliqués dans ces premières semaines de la vie de leur enfant. 

Des soins jusqu’à la sortie de l’hôpital

Un enfant né prématuré est en situation de fragilité, il faut surveiller les différentes étapes du développement de sa respiration, son alimentation, sa température, son poids. Un enfant grossit surtout en fin de grossesse, il a donc besoin de rattraper son retard. Une prise en charge spécifique est apportée au bébé, dans un environnement médical que vous  allez apprendre à apprivoiser petit à petit.

  • Des poumons en développement

Les enfants nés prématurément ont d’autant plus de mal à respirer qu’ils sont petits car leurs poumons n’ont pas eu le temps de devenir mâtures. Si la respiration de votre bébé est irrégulière, il va bénéficier d’une assistance respiratoire; on peut alors lui fournir un supplément d’oxygène à l’aide d’une intubation (un tuyau dans la trachée), un masque sur le nez, ou encore par des lunettes à oxygène placées sous son nez et attachées derrière les oreilles. Il est possible également de diffuser un supplément d’oxygène à l’intérieur de la couveuse.

  • Une alimentation adaptée

Même si votre petit vient au monde bien proportionné, il a un poids  faible et ses réserves de graisse ne sont pas suffisantes. Il ne parvient pas toujours à réguler son taux de sucre dans le sang, il s’agit donc de le surveiller, c’est pourquoi vous verrez l’équipe médicale faire régulièrement des « dextros » pour surveiller sa « glycémie ». On surveillera aussi son taux de calcium dans le sang. .

S’il ne peut pas téter efficacement, il sera nourri par perfusion et/ou par sonde gastrique en attendant  qu’il digère suffisamment bien pour boire le biberon de lait maternel ou artificiel.

S’il est en capacité de téter, on vous recommandera de l’allaiter mais si vous ne pouvez pas où que vous ne le souhaitez pas, il sera nourri au biberon, en privilégiant, si possible votre lait ou du lait maternel de lactarium. Ce centre de collecte, de traitement et de distribution de lait maternel permet de fournir du lait maternel aux bébés qui en ont besoin. Le lactarium est alimenté par les dons de mère qui allaitent. Lorsqu’il n’est pas possible de donner du lait maternel, on donnera un lait artificiel spécial pour prématurés.

  • Une asepsie maximale

Les bébés prématurés n’ont pas toutes leurs défenses immunitaires, ils sont à la merci des infections. Les précautions d’asepsie sont donc importantes : lavage des mains, port d’une blouse, masque. C’est également l’une des raisons pour laquelle votre petit peut être placé en couveuse. Votre enfant a reçu vos anticorps par le placenta, avant la naissance, puis par le lait, ce qui le protège en partie, mais il reste encore vulnérable. 

  • Une température constante

Votre enfant n’arrive pas encore à réguler correctement sa température, la couveuse ou les tables chauffantes permettent de le réchauffer.

  • Le développement cérébral

A la naissance, le cerveau de votre enfant est fragile. Le développement cérébral et son activité peuvent être évalués régulièrement par des examens médicaux  indolores: échographie transfontanellaire et électroencéphalogramme, si le pédiatre le juge nécessaire.

Pensez-y
Choix de la maternité pour les naissances prématurées

Les maternités sont classées en 3 niveaux, I, II ou III en fonction des possibilités de prise en charge du nouveau-né. Ce ne sont pas des critères de qualité, mais des classifications du niveau d’équipement. Les maternités de niveau 1 sont réservées aux mères qui ne présentent pas de risques à l’accouchement.

Pour les naissances prématurées, en revanche, il est préférable de se diriger vers les établissements de type II ou III qui possèdent des services de néonatalogie pour les naissances précoces.

Ce sont les maternités de type III qui accueillent les extrêmes prématurés car elles disposent d’une unité de soins intensifs. Sur les 500 maternités réparties sur le territoire français, une cinquantaine sont labellisées type 3.

 

Grossesse à terme : 41 semaines d'aménorrhée (9 mois)

Prématurité : naissance avant 37 semaines d'aménorrhée (avant 8 mois)

Prématurité moyenne : naissance entre 33 et 37 semaines d'aménorrhée (entre 7 et 8 mois)

Grande prématurité : naissance entre 28 et 33 semaines d'aménorrhée (avant 7 mois)

Extrême prématurité : naissance entre 25 et 28 semaines d'aménorrhée (avant 6 mois)

Haut de page
Experts
Article publié le 10/05/2012 Mis à jour le 31/05/2016
Sources

Millet V, Lacroze V, Simeoni U. Enfant prématuré. In : O Goulet, M Vidailhet, D Turck, coordinateurs. Alimentation de l'enfant en situation normale et pathologique. 2ème édition, Doin éditeurs, Paris. 2012 : 633-45.

American academy of pediatrics. Caring for your baby and young child: birth to age 5, Bantam Books. 2004. 752 pages.

Le grand Livre de la grossesse - Collège national des gynécologues et obstétriciens français - direction J.Lansac - Editions Eyrolles 2012/2013.

Mémoriser Je vous recommande l'article "Prématurés : des bébés sous surveillance" sur le site mpedia.fr

Site des gynécologues français pour le choix des types de maternité

Fondation Premup – Centre de recherche sur la prématurité

 

* Les semaines d'aménorrhée et les mois de grossesse 

Il existe 2 façons pour calculer l'avancée de la grossesse. Lorsque l'on s'exprime en semaines d'aménorrhée (SA), on compte le nombre de semaines écoulées depuis le premier jour des dernières règles, aménorrhée signifiant "l’absence de règles".

Par contre, lorsque l'on s'exprime en semaines de grossesse (SG), il s’agit du nombre de semaines écoulées depuis la fécondation. Celle-ci se produit généralement en milieu de cycle, c'est à dire au début de la 3e semaine d'aménorrhée : il y a donc un décalage de deux semaines entre les SA et les SG.

Les SG déterminent l'âge véritable du bébé ; cependant les sages-femmes et les médecins s'expriment habituellement en SA, car le premier jour des règles est toujours connu de façon précise, contrairement au jour de la fécondation qui peut varier. C'est donc dans un souci de précision que les futures mamans entendent pratiquement toujours parler de SA plutôt que de SG. La grossesse dure 9 mois, soit 39 semaines de grossesse ou 41 semaines d'aménorrhée, et elle est découpée en trois trimestres.