> Grossesse > Psycho > Bien préparer l'aîné avant la naissance > Nouveau-né : place de l'aîné

Pour bénéficier de conseils appropriés, mémoriser les articles qui le concernent, gérer vos alertes rendez-vous…

Nouveau-né : place de l'aîné
Enfant aîné
de 2 ans à 3 ans
Mémoriser Je vous recommande l'article "Aîné : comment l'aider à accueillir son petit frère ou sa petite sœur" sur le site mpedia.fr

Aîné : comment l'aider à accueillir son petit frère ou sa petite sœur

Bébé arrive... et l'aîné dans tout ça ?

Branle-bas de combat : bébé pointe le bout de son nez... Dans la panique, pas question d'oublier votre aîné qui a plus que jamais besoin d'être rassuré.

Pendant votre séjour à la maternité

Tout le temps que durera votre séjour à la maternité, il est important que vos autres enfants se sentent pris en charge et rassurés. La présence du papa est bien sûr essentielle à ce moment là (il a parfois droit à un congé paternité).

Cependant, comme il viendra sans doute vous voir souvent, faites-vous aider, si c’est possible. L'idéal est que les grands parents, oncles et tantes ou amis proches puissent venir à ce moment là quelques jours pour donner du temps et de l'attention à vos autres enfants.

L'aîné se fait voler la vedette !

Avec l'arrivée d'un bébé, le grand frère ou la grande sœur ressent très vite qu'il n'est plus le centre du monde. Jusqu'ici au cœur de toutes les attentions, parce qu'il était le seul ou le petit dernier, il se fait voler la vedette... Comment l'aider à vivre le mieux possible ce grand chamboulement ?

Se mettre à sa place

L'arrivée d'un nouveau-né n'apporte, aux yeux de votre enfant, pas grand chose de bon. En effet, il commence par le faire tomber de son piédestal en accaparant toute l'attention (notamment quand il est nourri au sein, cela peut durer très longtemps !).

De plus, il n'a rien de passionnant a priori (il ne peut pas encore jouer avec lui, ne parle pas et dort les trois quarts du temps). Ressentir de la jalousie est donc tout-à-fait compréhensible même si elle n’est pas du tout obligatoire.

Souvent les frères et sœurs s'aiment et peuvent même devenir très complices, mais la jalousie et la concurrence font aussi partie de leur vie.

S'il régresse... de la souplesse !

S' il régresse un peu pendant quelques temps (pipi au lit, troubles du sommeil, reprise du biberon...) il ne faut pas s'en faire : cela devrait lui passer rapidement.

Il ne faudra consulter votre médecin que si cela persiste au delà de quelques semaines. On peut dire, positivement, que cette régression est l’occasion de refaire un peu le chemin que l’aîné a parcouru, lorsqu’il était bébé, avec sa maman ou son papa.

Garder du temps pour le(s) plus grand(s)

Votre nouveau-né vous accapare. Les premiers temps, tout tourne autour de lui et le grand peut se sentir exclu de votre intimité. Le papa a alors un grand rôle à jouer. Il peut vous libérer en s'occupant du bébé ce qui vous permettra de consacrer du temps à l'aîné. Si vous allaitez, c'est le papa qui peut à ce moment là s'occuper du plus grand.

Dans le cas où vous êtes seule, au moment où vous allaitez, proposez à votre aîné de se serrer contre vous lui aussi, racontez-lui que tous deux avez vécu des moments similaires. Il sera rassuré de savoir qu'il a connu ces moments d'intimité avec vous, qu'il a été petit lui aussi et a reçu les mêmes soins et la même attention.
 
Regardez ensemble les photos et les vidéos de votre aîné lorsqu’il était tout petit. Souvent il n’arrive même pas à s’imaginer qu’il a été bébé et c’est une révélation pour lui !

Questions de parents :

Zoom sur
Avoir un petit frère ou une petit sœur présente bien des avantages

Votre enfant va devoir apprendre à partager, à vivre avec ses frères et sœurs malgré leurs différences, cela va l'aider à se sociabiliser. Vous pouvez l'aider :

  • En le responsabilisant : faites le participer (il peut apporter des jouets au bébé, le tenir un peu dans ses bras, sous votre surveillance bien entendu, bien assis sur le canapé, vous aider à le changer, lui parler, etc...).
  • En le complimentant lorsqu'il vous aide (mais tout ne doit cependant pas tourner uniquement autour du bébé : complimentez-le aussi lorsqu'il fait des choses qui n'ont rien à voir avec son petit frère ou sa petite sœur).
  • En confiant de temps à autre votre bébé à une tierce personne pour avoir du temps à consacrer à l'aîné. Cela vaut tous les discours en lui prouvant que vous l'aimez autant qu'avant, et autant que le nouveau-né.
  • En évitant de privilégier l'un ou l'autre de vos enfants lorsqu'une certaine rivalité s'instaure (quand le petit se met à marcher à quatre pattes, par exemple, il empiète sur le territoire du plus grand). Il est important de les protéger l'un comme l'autre, en apprenant au plus grand, mais aussi au plus petit, à respecter l'espace de son frère ou de sa sœur.
  • Ne pas hésiter à formuler tout haut ce qu’il ressent lui même (et dont il se sent parfois coupable) : « oh là là, il est un peu embêtant ce bébé quand il pleure »  ou «  on va le laisser pleurer un peu, je préfère rester un peu avec toi. », « oh là là il faut déjà lui donner à manger !». Souvent les enfants n’aiment pas du tout entendre le bébé pleurer et ce sont eux qui disent aux parents d’aller le chercher. Mais au moins, ils ont l’impression de décider  et de ne pas toujours passer en seconde position…   
  • Les amis ou la famille apportent souvent de petits cadeaux à l’aîné quand ils viennent voir le bébé. Les parents peuvent aussi préparer un petit présent pour l’aîné de la « part du petit frère ou de la petite sœur »…
Haut de page
Experts
Article publié le 16/07/2012 Mis à jour le 21/10/2015
Sources

American academy of pediatrics. Caring for your baby and young child: birth to age 5, Bantam Books. 2004. 752 pages

Mémoriser Je vous recommande l'article "Aîné : comment l'aider à accueillir son petit frère ou sa petite sœur" sur le site mpedia.fr